Pénuries et restrictions;nouvel ordre mondial

  • Pouvoir d'achat : bientôt un vieux souvenir ?

    Chers Tous,

    Nous vivons depuis si longtemps en pays d'abondance ! Nous avons envie, nous achetons et nous recommençons. Non pas tout le temps bien entendu, mais un projet en suggère un autre et la vie galope dans le sens de la consommation. C'est de la consomm'action .....

     

    Si je travaille en voyance aujourd'hui, sur ce sujet délicat, c'est que je ressens la grande urgence de prioriser nos besoins, avant de ne plus avoir de choix du tout.

    La temporalité

    C'est le sujet le plus délicat ! La décroissance est déjà largement commencée et je peine à croire que je paye un plein quasi 100 euros, soit environs 657 francs de l'ancien temps, ce que j'aurais trouvé tout à fait indécent. De fait, nous avons largement dépassé le stade des gilets jaunes au niveau de l'augmentation des prix du carburant.

    Je perçois comme 3 étapes différentes, avant la quatrième qui consistera à entrer en nouvelle terre (soit en refonte de notre monde, et non en débarquement au pays du Père Noël, avéles marmottes et le chocolat)

              1°) L'époque de la décroissance

    Elle est bien entamée et non achevée, mais je pense qu'elle devrait voir la fin avec l'année 2023 pour laisser place à autre chose

              2°) L'époque de la grande réforme des besoins

    C'est pour moi l'occasion d'un second temps !  La décroissance aura fait le lit de cette phase essentiellement de propagande, communication pour nous inciter à adapter nos besoins aux ressources disponibles, soit que l'on veut bien accorder aux gueux. Cette étape sera, à priori, courte, sans doute à cause de forts mouvements sociaux d'une part, puis de guerre d'autre part. Quelques mois ?

              3°) L'époque de la grande débrouille

    Le troisième temps, qui suivra le démarrage des véritables hostilités (rupture sociétale), verra notre consommation tout simplement s'adapter à l'exécution des strictes priorités personnelles ou familiales, ainsi qu'à une tentative de synchronisation entre le disponible et le besoin. Cette période s'étalera,  en fonction d'un ressenti difficile à évaluer sur le plan temporel, entre le second semestre 2024 et 2026/2027 (les années 2026 et 2027 sont sans doutes des années de refonte, mais pas d'abondance, enfin je ne crois pas, ce qui ne veut pas dire de malheur)

    La décroissance

    Nous vivons le début de la décroissance en Occident. Pour le moment, globalement, ce que nous voulons absolument (je ne parle pas ni du chateau, ni de la rolls, ni des diamants), nous pouvons encore l'acquérir (crédits conso, prêts, petits décalages, débits différés, etc....) Nous pouvons encore prendre de l'essence pour aller passer un we en famille et il est possible d'acheter le dessert de leur choix aux gosses, ainsi que la paire de tennis de marque à la rentrée.

    De nombreux petits arrangements permettent d'économiser à gauche ce que nous avons perdu à droite, sauf quelques sacrifices, comme les vacances plus courtes, voire pas de vacances, ou pas le super truc qui nous fait envie, mais qui n'est pas raisonnable.

    Ce sera bientôt un peu plus privatif que cela. Nous allons devoir tout baisser : température (pour de vrai) de chauffage, lumière, temps de chauffe des plats, déplacements, temps passé sous la douche, et disparition des petits plaisirs de type pizza le we, ou truc qui me faisait tant envie. On va bientôt serrer les boulons de la façon dont nous ne l'aurions pas imaginé. Pour 2 raisons :

    1°) l'état va mettre la pression, la vraie, de façon à nous pousser dans le sens de ses panneaux d'indication : 

     

     

    2°) De véritables mouvements de spéculation vont transformer les salles des bourses en marché de l'Enfer.  Et nous assisterons à des hausses parfois inflammatoires de certains produits pourtant basiques (sucre, farine, lait, oeufs). Tandis que nous serons dans l'obligation de renoncer à d'autres pour accéder aux premiers, car ils sont plus indispensables. Ce sera donc paire de chaussure ou plein d'essence, mais pas les 2. Gâteau ou steak.

    3°) L'hiver sera difficile, les privations nombreuses, la pauvreté risquant de s'étaler avec discrétion, chacun masquant, dans son quartier, sa difficulté à maintenir les évidences qui ne le sont plus.

    L'économie générale en souffrira et les petits entrepreneurs continueront de risquer la faillite à chaque faux pas.

    Pour moi (ce n'est pas parole d'évangile), la période à risque de gros mouvements sociaux, s'étend d'Octobre 2023 à Juin 2024.  Elle sera la conséquence des tensions sur les domaines qui servaient à soulager le stress : budget plaisir et budget alimentaire. Mais pas que d'ailleurs, car la révolte des cités reste possible, d'autant plus que les marchés de l'addiction vont être tendus.

    Nous devrions clore cette période par d'extrêmes tensions, puis par une guerre occidentale ouverte contre le bloc Est, pour ne pas le nommer.

    Préconisations : Il ne faut pas sous-estimer le poids des petites privations sur l'humeur. Pour tout un tas de gens, ce seront de vraies grosses privations, qui génèreront pas juste de la mauvaise humeur, mais aussi l'esprit de révolte et la gout de la revendication. Un période délicate et peu juste, à aborder dans le calme.

     

    La grande réforme

    Une période qui est la conséquence des pénuries, même si le chaos a été dûment orchestré ..... Cette réforme que nous ne voyons pas venir d'un bon oeil verra poindre 2 grandes influences que je peux quasi palper tant les énergies sont claires !

     

     

    La tendance des gardiens sombres

              Alimentation

    Elle consiste à nous alimenter comme du bétail. A nous contraindre progressivement à accepter des ingrédients de substitution à faible prix de revient et sans doute à faible intérêt nutritif, si ce n'est de nous maintenir en état le juste temps nécessaire en fonction de notre utilité sociale. Les catégories sociales favorisées pourront continuer un temps à vivre avec le confort alimentaire nécessaire, mais les autres devront se contenter de substituts parfois insuffisants ou non valides.

    Nous serons dans la ligne continue qui consiste à manager une sous humanité afin de la réduire ..... prions pour que cette horrible vision ne voit jamais le jour.

    Cette tendance verra le jour en théorie pour répondre aux besoins tout en contrôlant le carbone et blablabla ....... Ce ne seront que des débuts balbutiants, mais assortis d'une campagne de propagande, communication, digne de celles des vaccins covidesques

              Autres produits de consommation, pouvoir d'achat général

    Un maître mot : moins ! Sauf d'une chose peut-être : les écrans. Le sport gratuit restera préconisé et organisé, la santé standard sera également maintenue, et l'humain devra être maintenu en forme durant sa période optimale d'usage ..... Moins de surface, moins de choses, moins de véhicules, moins de terrain, moins de meubles et moins de vêtements, moins de voyages et moins de magasins - sauf peut-être, là aussi, pour les plus aisés.

    Cette période ne fait, là aussi, que commencer, soit s'inscrire en tant que tendance, qui j'espère, ne verra pas le jour. Mais le pouvoir d'achat sera très réduit, et l'on reverra les calculs économiques avec un autre indicateur qui sera une sorte de ratio santé économique / santé écologique / santé démographique

    La tendance de l'éveil

    Cette tendance, ce gout, pour la prise de conscience alimentaire, sera largement accéléré par la décroissance des marchés de l'alimentaire. L'adaptation se fera dans le sens d'une prise de conscience des bons ingrédients, de la bonne façon et au bon rythme. Ne me demandez pas lesquels, je ne le sais pas, juste que nous aurons progressivement la compréhension, les clefs de cette alimentation qui va se transformer doucement et de façon saine, sans aucun excès ni carence.

    Cette même faction de l'humanité ressentira progressivement une sorte de répulsion pour l'ultra consommation. Nous réduirons la notion d'indispensable à ce qui l'est vraiment. Mais ce sera une démarche volontaire qui consistera également à mieux accepter l'idée de partage.

    Finalement, cette petite part de l'humanité ne se différenciera que peu de la majorité qui acceptera l'idée de la réforme des besoins. Mais elle maîtrisera un nouveau mot de vocabulaire : la liberté. La simple liberté de décision qui fera que nous consentirons à réduire, mais non par obligation. Et pas pour accepter des barres protéinées façon soleil vert.

    Au final, cette faction d'éveil manifestera peu, voire pas. Elle étudiera sa façon à elle de révolutionner le monde de la consommation tout en vivant mieux et en partageant mieux.

    Ces 2 tendances verront le jour, mais ne se développerons sans doute pas tout de suite. Nous arriverons sans doute en période de chaos et il nous faudra veiller à assurer l'essentiel à nos familles. On acceptera alors par obligation de faire avec ce qui est possible.

    La grande débrouille

    Dès que les vraies hostilités mondiales vont démarrer, les circuits de distribution vont s'altérer. Se désorganiser. Se fracturer.

     

    Les flux  durant la guerre ......

    Notre société hyper consommatrice et hyper dépendante des flux et des importations va faire un gros plouf économique, assorti de pas mal d'effets secondaires. Je vois si bien les hyper qui hyper surveillent des rayons hyper vides ..... Le tout sous la pression administrative afin de tenter de réguler des populations pas toujours raisonnables.

    Après les premiers émois du chaos naissant, la population développera une forme de résignation. Surtout en Occident, où nous avons pu voir de nos yeux comment le citoyen lambda résistait vaillamment à la pression du confinement. Après la révolte, la tristesse. Et avec elle, la fin d'un système qui aura vécu. Les 30 glorieuses nous aurons trop fait rêvé d'une débauche de consommation frivole et décomplexée ; les années Fatima (dont la date anniversaire approche), soit celles du troisième secret, nous verront revoir à la baisse cette notion de consommation pour finir par bannir de notre vocabulaire le mot "pouvoir d'achat".

    Ce sera bien triste pour ceux et celles qui avaient bâti leur système de valeur sur ce fameux pouvoir d'achat ..... Pour les autres, les conscients on va dire, ce sera une sorte de passage obligatoire, compensé en général par l'aptitude à relativiser ce qui peut l'être, et à s'arranger pour le reste : résilience et anticipation seront de vraies qualité pour ce passage par un pont étroit.

    Et bien que ce pouvoir d'achat réduise, qu'on le veuille ou non, pour être remplacé par autre chose, nous n'irons pas non plus vers un scénario mad max. Je ne vois pas de totale coupure de jus. Je ne vois pas de totale coupure d'eau - mais je ressens toujours ces réserves dues à une pollution, sans doute biologiquement néfaste, et nous contraignant à un plan B.

     

    En conclusion

    Ce que je ressens, et qui est innovant, c'est que cette nouvelle terre se différencie non pas sur le plan matériel, mais sur le plan de la conscience. C'est réellement là que se fait la véritable diférence. Et sur ce point, nous sommes tous très égaux, toutes catégories confondues. Un bémol toutefois pour ceux et celles qui vivent dans la très grande précarité et pour qui il est parfois difficile de penser à autre chose qu'à une simple survie en évitant la souffrance.

    Mais c'est à ceux qui peuvent, autour d'eux, partager, que revient le rôle de la main tendue. Si nous ne le faisons pas, nous repartirons pour un nouveau cycle de destructions, à cause des inévitables combats entre ceux qui n'ont pas grand chose et ceux qui veulent garder leur presque trop.

    Parions que nous allons réussir :)

     

    Je vous embrasse

    Elizabeth

     

     

     

     

  • La Santé dans les 24 mois : réformes et maladies

    Chers Tous,

    Un sujet qui nous est cher ! Nous soigner .......

     

    Un type d'image bien trop utilisé à mon gout pendant la campagne de communication autour du Covid et du Vaccin

     

    La maladie, ou les accidents, peuvent transformer notre vie en enfer. De façon plus générale, l'humain vieillit et nécessite des soins pour se maintenir en état. Il est à obsolescence programmée. Il s'agit donc d'un sujet stratégique. A quoi se préparer ?

    Cette voyance/projection portera sur plusieurs points indépendants

    1°) Une future pandémie à venir (ou plusieurs)

    2°) L'accès aux soins (et aux médicaments)

    3°) La légalité dans le domaine des soins

    4°) L'avenir de la sécurité sociale à la Française

     

    Et je vais commencer par le dernier point, qui me semble particulièrement important, en terme de modifications substantielles

     

    Sécurité Sociale à la Française

    Aujourd'hui, la population active est tombée à moins de 25% en emplois à temps plein. C'est un peu la Kata, car cela signifie que les 25% en question subviennent aux besoins de tout le monde. Les caisses de retraite ont été pillées, et la sécurité sociale a les comptes les plus secrets de la planète. La santé en France, c'est secret défense ..... De là à dire qu'on est en train de la massacrer, il n'y a qu'un pas.

    Pourquoi les Français travaillent-ils moins qu'en 1950 ?

    • Parce qu'ils ont des soucis de santé
    • Parce qu'ils souffrent de démotivation (salaire, conditions de travail, etc...)
    • Parce qu'ils ont d'autres moyens de survivre

    Si ils n'avaient pas d'autres moyens, il feraient n'importe quoi et c'est à cause de cela que le régime les finance sous couvert de pas mal de trucs.

    Notre sécurité sociale fut l'une, voire la meilleure. Elle prenait tout en charge, la veuve et l'orphelin, ainsi que tous les emmerdements quotidiens. Elle était protectrice, bienveillante, linéaire et attribuée à tous. Même la fameuse part mutuelle fut résolue par la CMU. Et on pouvait de prime abord s'en réjouir. N'oublions j'amais que la ruine de la santé vous pourrit la vie, quels que soient vos conditions sociales.

    Puis vint le Covid.

    Depuis, nos gouvernants sèment le chaos et les choses se passent moyennement : pénuries de médicaments, vaccins obligatoires ou tests pour accès aux soins, hopitaux en détresse financière, manques d'investissements, pénurie de soignants (on se demande pourquoi). Et de la même façon que certains soignants ont renoncé à leur emploi, certains Français renoncent à leur statut de citoyen normé et soigné.

    Certains secteurs frisent de déremboursement, notamment celui des dents. Pourtant crucial.

    L'avenir est clairement dans la suite du présent.

    Je perçois la naissance et le développement d'une catégorie marginale de Fraçais de moins en moins soignés, voir sortis du système, une sorte de cohorte de petits vieux qui souffrent, mais aussi de jeunes qui doivent se "débrouiller". Ce mouvement va s'amplifier. La sécurité sociale ne sera plus aussi généreusement partagée. Et des conditions vont apparaitre et s'installer au fil du temps.

    Dans les 24 mois à venir, je ne vois pas de privation de soins sur les atteintes vitales (chirurgie d'urgence, fins de vie, accidents etc....), tout un chacun en urgence vitale pourra recevoir des soins. Mais gare aux dysfonctionnements par contre.

    La sécurité sociale sera hautement numérisée. Sans le précieux sésame pas de solution. Ce qui veut dire en claire que l'ors de la solution finale qui consistera à vous proposer un implant, ce sera implant ou privation de vos acquis en matière de sécurité sociale. Il faut se rassurer, 95% de la population dira Oui. Bien avant 24 mois, les solutions numériques seront rapidement développées, et le partage du dossier médical fera du secret médical, un secret de polichinelle. Ce qui aura d'autres conséquences : assurances, emploi, avenir etc.... Comme pour le Linky et bien d'autres choses, on pourra retarder l'échéance jusqu'à l'implant.

    L'autre domaine clef concernera les indemnisations des salariés du privé ou des petits patrons de PME (artisanat), ou encore des auto-entrepreneurs. Ces indemnisations seront revues à la baisse dans le temps et les montants. On finira par contraindre le patient à une indemnité qui ne dépassera pas le montant d'un RSA, puis d'un minimum, sorte de salaire universel supérieur au RSA, mais inférieur au seuil de pauvreté. L'indemnisation plein pot sera brève et destinée à la population active à 100% : je veux dire ceux et celles qui travaillent plein pot et ne sont que rarement malades. Les médecins seront contrôlés et perdront peu à peu le droit de faire des arrêts sur la base de leur propre diagnostic. Il y aura une sorte de cote : par exemple, une grippe, c'est 3 jours, une gastro, c'est 48h etc..... Pour une prolongation, il sera nécessaire d'avoir un second diagnosctic et encore....

    L'accès à un lit d'hopital sera très réduit.

    Les soins des marginaux (entendez toutes les sortes de population dont le chuffre globale est inférieur ou égal à quelques pourcents, souvent moins de 2) seront également cotés et feront l'objet d'un suivi social pointu.

    La sécurité sociale organisera et renforcera ses propres contrôles, les interdictions de sortir seront renforcées et tout "abus" (comme par exemple le témoignage d'un malade qui tond son gazon) sera sanctionné.

     

    l'objectif global des gouvernants sera de mettre la France au travail, et aussi de faire un tri : apte, inapte.

    La sécurité sociale redéfinira les ALD (Affections Longue Durée) et la notion d'Invalidité. A la baisse. Il sera toujours question de trouver un emploi ou un usage de la personne non valide.

    L'objectif à long terme serait d'avoir une lourde majorité de travailleurs entre l'âge de 18 et l'âge de 70 ans. Soit de doubler la population active. Ce qui finira par arriver, mais pour bien d'autres raisons, plutôt positives, et liées au fait que les uns et les autres, sur notre terre en reconstruction, retrouveront le plaisir de s'investir comme ils le pourront individuellement.

    Enfin, le statut d'une personne sera évaluée avec des sortes de points. Même si, au départ, ça ne s'appellera pas comme ça. Sorte d'employabillité, ou de solidité ou encore de validité ...... Une sorte de futur permis à point pour vivre, manger, et être soigné, mais sous conditions strictes. Dieu merci, je ne pense pas que cela arrivera. Mais c'est clairement dans les tuyeaux.

     

    L'accès aux soins et aux médicaments (hors aspects légaux vu ci-dessus)

    Il ne sera plus jamais le même. On traitera un peu de tout et tout un petit peu !

    La France n'est pas prête (dans les 24 mois) de retrouver la moindre autonomie dans l'industrie de production des médicaments. Et le commerce mondial va durablement s'effondrer, le meilleur étant encore à venir de ce côté là. Ce qui. va avoir 2 effets :

    Une opération ou un soin à prévoir, devra être prévu de longue date, et sera parfois décalé.

    Les pathologies chroniques réclamant de la chimie permanente feront l'objet de production de médicaments bon-marché, avec des effets secondaire parfois record. 

    Une médecine à 2 vitesse finira par se développer pour ceux qui ont les moyens de faire du tourisme médical, d'autres régions du monde étant nettement moins en déficit que nous (donc hors Europe)

    Donc, dans les 24 mois, il deviendra difficile d'acheter du Schein, mais aussi des médocs. Pour le premier c'est non grave. Quoique le Schein risque de perdurer.

    La plupart des soins se feront en ambulatoire, on rentre le matin, on ressort l'après midi et on est éventuellement suivi en HAD (Hospitalisation A Domicile). La plupart du temps, ça se passera bien, les anesthésies étant de plus en plus légères et bien tolérées.

    Les domaines de spécialisation seront de moins en moins faciles d'accès et les médecins seront rares, completés par des cabines et l'aide de régulateurs non médecins, qui gèrereont la bobologie. Cela engendrera de la souffrance parfois et quelques erreurs, mais pas tant que ça. Le rôle social du médecin va simplement tout à fait disparaitre. Si je vous donne un exemple de soin dans les 24 à 48 mois, voilà ce que ça donnerait :

    Je me lève ce matin, prise de vomissements, et avec une diarrhée aigüe. Je file à la télécabine du coin (et je glisse ma carte à puce dans le lecteur), où je suis mise en relation avec un infirmier qui, via les instruments de bord, prend ma tension (10,5) et mon coeur (95), ainsi que ma saturation (94). Un test pourra être effectué via les instruments, pour certaines pathologies virales. L'infirmier pose le diagnostic lui-même après m'avoir demandé si j'ai voyagé en pays tropicaux, ou rencontré des proches ayant voyagé en pays tropicaux, si j'ai des animaux et si je suis la seule de la famille. L'interrogatoire durera 5 minutes, et 3 minutes pour les tests qui sont tous faits à partir du même branchement sur la main et le bras. Après avoir éliminé le risque de maladie tropicale, de parasitose et d'intoxication alimentaire, il/elle établira qu'il s 'agit d'une gastroentérite. Je recevrai 48 heures d'arrêt maladie, y compris ce jour là. Il/Elle me prescrira du smecta, de beaucoup boire, et de jeuner. Puis  finira par me dire que si les symptômes perdurent à la fin des 48 heures, je serai reçue par un médecin en chair et en os, mais que j'aurais une part non remboursée de 15 euros, à proposer à ma mutuelle. 

    Bien entendu, une part débrouillarde des Français gèrera sa bobologie toute seule, avec ses propres méthodes de soins. Quant aux sachets de smecta, le patient en recevra 12 pour 3 jours de soins et faire des stocks sera tout bonnement impossible.

    La technologie va beaucoup progresser.

     

    Là aussi, je ne pense pas que tout ira à son terme. Mais la terre en reconstruction verra tout de même une partie de son système médical rationnalisé, faute de moyens.

     

    La légalité dans le domaine des soins

    Evoquée en première partie, elle reste un sujet délicat. Le "être en règle" va beaucoup évoluer ..... Et vite.

    Le statut, la précieuse carte vitale, sera de plus en plus sécurisée avant d'avoir sa propre application et sécurisation, comme pour une banque. Les médecins auront un lecteur de carte (c'est déjà le cas), mais directement relié à absolument tout le système. En live et en direct et sans filet. Cee qui n'est pas encore le cas aujourd'hui.

    Puis on en viendra là aussi à l'implant. Ultime recourt pour garantir votre sécurité (blablabla)

    Les crédits sociaux appliqués à la santé ne verront pas le jour, enfin je ne pense vraiment pas. Mais les droits aux soins seront tout de même partiellement conditionnés. A certaines règles, comme les vaccinations par exemple (mais pas que). Il y aura également les examens obligatoires et les soins obligatoires. Par exemple, refuser de prendre des statines pourrait compromettre votre droit à rester en ALD (les statines sont des anti cholestérols avec pas mal d'effets secondaires, les rendant très contestés).

    Certains médicaments seront équipés de puces de transmission afin de garantir qu'ils ont été pris.

     

    Certaines puces ou nano technologies permettront de contrôler si vous buvez ou consommez des stupéfiants ou de l'alcool. Ce moyen ne sera utilisé que dans certains cas légaux : permis poids lourds, conduite d'installation, accès professionnels à des domaines stratégiques, militaire etc....

    Les véhicules seront également équipés de ces mêmes processus. Donc 1 verre de trop et je me fais conduire ou re conduire. Sur le principe, on applaudit. Mais c'est une question de taux. 

    Les fonctionnaires jouiront de privilèges certains (enfin, je ne crois pas qu'ils en auront le temps), mais seront soumis à toutes sortes de contraintes de ce type.

    Je ne sais pas vous dire quelle est la meilleure situation. Avec ou Sans Filet .....

     

    En tout état de cause, la nouvelle terre que nous connaîtrons fera appel à notre sens des responsabillités : bon usage de la chimie, et implication personnelle dans les processus de soins, et enfin chacun aura à coeur de faire de son mieux, ce qui changera tout pour tous. L'irresponsablité non cognitive (autrement dit celle dont on est responsable) sera mal admise en ces temps futurs, car nous aurons tous envie de voir chacun fournir sa quote part de reconstruction, même si nous gardons un esprit social.

    La plupart de ces grandes contraintes légales n'auront, je pense pas le temps de se mettre 100% en place dans les 5 ans (là c'est sur plus de 24 mois). Il suffira, là aussi, de jouer la montre, en anticipant pour toute chose afin de ne pas dépendre des crises passagères (ou moins passagères).

     

    Les futures pandémies

    Inévitables : seront potentiellement visées

    • Le système neurologique
    • L'appareil respiratoire
    • l'appareil digestif
    • Un mélange des 3 par action virale
    • A léthalité variable, souvent faible à mon sens

    Toutes ne seront pas vraiment pandémiques : la contamination de l'eau pourra être vaste, mais non mondiale. En revanche beaucoup d'épidémies auront tendance à se répandre. Je ne vois pas de nouvelle peste "Marie-Julie Jahennique ...", autrement dit je ne perçois pas ce qui lui a été donné de voir, ce qui ne veut pas du tout dire ni que j'ai raison, ni qu'elle a tort. juste je ne vois pas ça. Je perçois juste ces différentes attaques, quasi toutes virales. Je pense que beaucoup resteront non qualifiées et susciteront de l'inquiétude sans que cela ne soit justifié à 100%. Une alerte pourra être déclanchée pour telle ou telle piste, sans que grand chose ne se passe. Mais l'ambiance sera à la peur. COmme pour la maladie de la Variole du Singe, hautement médiatisée !

     

    Pour moi, il n'y aura plus de crise de l'ampleur du Covid. Mais il sera souvent accusé en lieu et place des effets dévastateurs des essais thérapeutiques menés à l'insue de notre plein gré.

    En revanche, il este évident, pour mon ressenti, que l 'eau fera l'objet d'attentats ou de déviances. C'est là que je recommande la prudence dès les premiers cas. Sachant que les gens se rueront sur les bouteilles (et que ça donnera lieu à des scènes pires que celles du Nutella en promotion). Prévoyez donc, en anticipant le souci, la bonne vieille cuve à eau, ou vos propres réserves. Et encore un filtre ou des pastilles micropur (à ion argent si l'eau est pleine de particules).

    Concernant le traitement d'attaque des virus, tout dépend de. mais la médecine alternative regorge de bons plans faciles à anticiper.

    Les truc à avoir hors médecine alternative :

    On ne peut/doit pas faire l'impasse sur 100% de la médecine allopathique. Même si nous sommes d'accord qu'elle ne constitue pas forcément un usage de première intention.

    • Les médicaments anti-douleurs (parfois indispensable pour leur rapidité et leur efficacité)
    • Les antibiotiques (sont parfois d'un usage vital)
    • Les désinfectants (et de quoi faire des pansements)

    Pour le reste, je vous renvois à l'article qui a déjà été fait et à votre travail énorme sur le forum : parmi vous, de vraies pointures qui peuvent ré ouvrir un dossier et répondre à bien des questions, beaucoup de talents dans notre petite communauté de valeurs.

    L'euthanasie

    Je n'ai pas évoqué ce sujet jusqu'ici et j'étais, de base, plutôt pour une fin de vie dans la dignité. Le scandale du Rivotril dans les EHPAD, m'a largement refroidie.

    L'euthanasie va se développer en Europe. La loi sera respectueuse, ses effets parfois moins. Je recommande donc la prudence. Les personnes âgées, les malades graves et les handicapés, serons au coeur des préoccupations de nos gouvernants, mais pas forcément comme on le souhaiterait. Cela touchera également les bébés en gestation à un stade de développement tardif, voire à la naissance. En parallele on développera des méthodes eugéniques soft : diagnostic in utéro et modifications in utéro au stade d'après. Rien de mauvais dans le fait d'éviter un handicap à un enfant, si il s'agit de cela. Et c'est là que le bas blesse.

    L'esprit, chez nos gouvernants, est d'éradiquer l'innemployabilité des humains. Sous couvert d'une vie heureuse et responsable, pleinement accomplie dans la communauté (blablabla et reblabla).

    Je pense qu'ils manqueront de temps pour mettre au point ces nouvelles formulese nazies, qui n'ont pas quitté leurs préoccupations.

    La nouvelle terre tentera de jeter l'eau du bain sans le bébé : autrement dit de garder le meilleur de la génétique et de la dignité, sans vouloir se défaire de ce qui semble, de prime abord, non conforme à un standard.

     

     

    L'art de vivre : un moyen très correct de rester heureux et en santé

    Ne nous décourageons pas ! Tout ce dont je vous parle, est à mon sens programmé (sinon je ne le percevrais pas), mais n'aura pas le temps d'une pleine exécution. Notre génération aura malgré tout le temps de gouter de ce système qui réduit le terrien à un animal domestique pucé et toléré par des maîtres exigeants qui s'en débarassent lorsqu'il commence à pisser partout. Tout ceci est assez facile à anticiper, même si nous restons à la merci d'un accident ou d'une maladie. Mais l'être humain est par nature fragile, autant s'y faire ! Ce n'est pas sur cette terre (ni sur la suivante) que nous connaîtrons la vie éternelle.

     

  • Bouger, se déplacer dans les 24 mois

    Chers Tous,

    Aujourd'hui, ce qui frène notre légitime envie de vacances, ce sont parfois les sous, ou l'organisation familiale, rarement de problème technique ou légal, mais que va-t-il en être dans l'avenir ?

    Ce sujet de voyance me préoccupe particulièrement, non que je bouge tant que ça, mais je me souviens d'un temps (que les moins de 20 ans, etc.....) où l'on pouvait tout, même si parfois avec rien. Les choses sont en train d'évoluer, bien que personne vraiment ne puisse présumer que nos déplacements deviennent des sujets difficiles !

     

     

    Ah qu'elle était belle la deudeuche de mes parents, synonyme de vacances familiales

     

    La problématique des déplacements couvre plusieurs aspects :

    1) Le carburant en disponibilité

    2) Le coût global

    3) La légitimité et la culture du déplacement

    4) Les véhicules et moyens de transports

    Ces 3 sujets vont beaucoup évoluer, bien qu'on ne s'y attende que très peu. Tout un chacun considère qu'il va seulement limiter sa consommation de carburant ou qu'il achètera ce qu'il pourra (ou encore louera). Ce que je ressens est bien plus complexe et s'achemine vers autre chose. 

    Carburant et Coût

    Dans mon post précédent, j'ai déjà bien abordé le sujet et je vous invite éventuellement à le lire pour ceux qui ne l'ont pas fait.

    L'électricité, comme moyen privilégié, est condamné à terme d'un point de vue collectif. Je vous la fais en une image :

     

    Ce moyen, la batterie, est condamné à terme. Il restera utilisé, avec des progrès technologiques très coûteux (rendant la chose possible, mais peu accessible) et réservés à une élite matérielle disposant de larges capacités pécunières. Dans les 24 mois, la réponse devrait être claire là-dessus.

    Pour le reste, les anciens carburants ne vont pas disparaitre. Non, mais le droit à les utiliser va se restreindre. C'est leur but en tous cas.

     

    Le coût

    Il va progressivement devenir exhorbitant (c'est déjà un peu le cas). Carburant, mais pas que .....

    Les assurances vont, vu de ma pomme, doubler dans les années à venir. L'entretien également. Pire encore d'ailleurs, l'entretien et le contrôle technique se marieront pour donner à un véhicule son précieux sésame de droit à rouler. La technologie sera bien trop complexe pour que vous puissiez bricoler dans un garage, à moins de disposer des équipements électroniques tout à fait indispensables.

    Aujourd'hui, dans une famille de 4 personnes, dont 2 enfants majeurs, il n'est pas rare d'avoir 3 voitures. Ce sera quasi impossible sauf gros moyens personnels permettant de tout assumer, tout en restant dans les règles.

    La culture passera progressivement du tout déplacement au déplacement si besoin est.

     

     

    Alors on pourrait penser que l'on s'arangera : petits moyens, petits boulots et petites astuces. Mais leur but est précisément, pour des raisons de sécurité (blabla) et  de santé (blablabla), d'en finir avec les petits arrangements qui nous ont parfois permis de joindre les 2 bouts. Les espèces sont condamnées dans les moins de 24 mois et le reste ne va guère être mieux. En ce sens d'ailleurs, les révoltes et guerres qui nous attendent pourraient nous rendre (hélas) service.

    Et les autres moyens ?

    Le Vélo : vélo et vélo électrique continueront d'avoir la cote et leurs prix seront de plus en plus accessibles, via des primes ou des aides. Mais ça ne dépannera que pour des rayons d'action très courts. Et faire ses courses de type gros volumes avec un vélo ...... Ce qui aura aussi pour objectif d'organisater la déconsommation. Et de mettre les Français en phase avec un revenu limité et une position géographique de faible envergure.

    Les motos et leurs cousines : La législation sera de plus en plus contrôlée et ils souffriront de bien des décrets et autres subtilités législatives, toujours pour des raison de sécurité (blabla) et de santé (blablabla). Le coût sera également largement pesant et seule une petite partie de la population prendra le créneau.

    Trottinettes etc.... : moyens citadins stricts et déjà légiférés, ils ne dérangent plus beaucoup nos dirigeants. Ils seront même optimisés d'un point de vue légal : utilisation des voies vélo etc.....

    Des sortes de Tricycles faciles et opérationnels, avec une place derrière et une place pour les courses, devraient se développer et recevoir un bon accueil, mais ce ne sera qu'un petit moyen de plus, dans un océan de difficultés

    Les transports collectifs (trams et bus) seront sans doute de moins en moins chers sur vos lieux d'habitat (un peu comme la déchetterie, vous devriez recevoir une carte de déplacements à l'année) et 10/15 kilomètres autour.

    Les grands collectifs (train) utilisés pour aller loin continueront, à mon sens, d'être onéreux ou permis sous certaines conditions et avec certaines limites (vacances annuelles, décès, mariage ou fête de famille, etc....)

    Les transports en avion seront de plus en plus couteux et légiférés, surtout en terme de légalité (reconnaissance faciale, crédits sociaux, limites légales, etc....). Ils seront réservés aux affaires (business grand format), à la politique et aux situations rares (vacances de rêve et hors de prix pour citoyens privilégiés)

    Le covoiturage (de type blablacar) : sera légiféré de façon à éviter toute forme de rentabilisation de son véhcule par une sorte d'activité de taxi bonifié. Mais il restera un moyen privilégié, bien que complètement maîtrisé par les plates-formes commerciales, qui seront elles-mêmes sous le coup de la législation, elle-même durcie .....

    L'auto-stop : je perçois de graves agressions qui seront utilisées pour limiter et conseiller de se limiter. Il ne sera pas formellement interdit, mais limité à des aires sécurisées par des caméras : sortes de points d'auto-stop, permettant de retrouver le partant et le véhicule, pour notre sécurité (re blabla etc.....)

    Le bateau : les croisières demeureront, couteuses et finalement moins populaires qu'aujourd'hui. Les bateaux de croisiières reviendront à des dimensions plus normales. Mais le transport en bateau sera marginal et tout aussi difficile que le transport en avion. Moins contrôlé, à cause de sa relative lenteur, il sera tout de même contrôlé par effet rebond, car tous les ports seront sous vidéo-surveillance intelligente. Ce qui limitera toute forme de fraude. Sauf pour les trafiquants qui deviendront des as de l'informatique après avoir été des as de la chimie.

    Le cheval (la mule, l'âne etc...) : un moyen marginal et limité naturellement, et auquel on touchera peu, car il ne rend service qu'à 0,000001 % de la population. Les gens aptes à se servir d'un cheval pour leurs déplacements ou le travail agricole, ne comptent pour rien. Les associations de bienfaisance feront chier pour l'usage du cheval, et continueront de réclamer qu'il soit positionner en animal domestique. Ce sera partiellement le cas, sauf si les choses bougent (et elles vont bouger)

     

    Bref, on va progressivement être amenés à peu, ou moins se déplacer et non plus comme nous avons pris l'habitude en Occident. Le but sera sans doute de mettre au point une légifération stricte, qui n'arrivera pas à son terme. Mais de toutes façon, nous allons tout de même devoir réduire. C'est donc la Montagne qui ira à Lagardère - quand ce sera possible.

    Légitimité et culture du déplacement

    C'est là que va se faire la plus grosse des transitions. Les citoyens du monde vont réellement êtree ré éduqués :

    Bouger coute cher et abime la planète - restez chez vous dans votre merveilleux coin de paradis (en sécurité)

    Vous allez me dire que non, ça ne va pas le faire, et bien si ! Il leur faudrait moins de 2 ans pour y arriver. Seules les grandes perturbations à venir mettront un bémol à ce que je considère comme l'une des plus grandes campagnes de communication à venir. Surtout qu'il marieront cela à la problématique des épidémies. Car se déplacer, c'est aussi se déconfiner. Ou se révolter, manifester, chercher, et même parfois trouver.

    Le déplacement glorieux et abondant est donc sans doute en train de finir sa vie sans que l'on voit venir le cout d'arrêt qui se profile. Et la dystopie qui va avec.

    Nos futurs véchicules à carburant seront quasi tous munis d'une sorte de boite noire ou de disque, comme les poids lourds, mais en technologiquement plus redoutable : respect des vitesses, lieux visités, nombre de kilomètres, pauses obligatoires, parcours et respect des panneaux ou des zones protégées (ça aussi ça va venir). Le code de la route et du bon citoyen marié à votre véhicule personnel.

    Les assurances n'accepteront alors plus que ce type de moyen pour continuer de vous offrir les mêmes services.

    La chose se fera progressivement. Mais vite. Si rien n'arrivait (mais beaucoup d'autres choses vont se produire), tout serait en place dans les 2, maxi 5 ans). Et de totue façon, une partie se mettra tout de même en place.

    Puis les véhicules seront guidés électroniquement sur des rails et en fonction de destinations entrées dans le moyen d'enregistrement et de déclaration. Si vous allez de Paris à Marseille, inutile de passer par le Mont Saint Michel. Ce sera l'autoroute sur des rails virtuels et en observant plusieurs règles : auto limitation de la vitesse, pauses obligatoires d'une durée obligatoire et avoir conservé tous ses droits de bon petit mouton, pardon, citoyen.

    Il sera donc possible d'aller voir sa famille ou ses amis, ou encore rejoindre sa maison de campagne (qui sera devenue rapidement un mythe), mais sous de nombreuses conditions qui feront que 75% des Français y renonceront faute de moyens, puis d'envie.

    Il restera la possibilité de prendre le train, mais il sera tout aussi onéreux et conditionné.

    Le tourisme deviendra une affaire d'argent, mais les vacances de nos parents, dans le camping bon marché, à parfois taper le tarot en rigolant, auront disparu. La culture des vacances se modifiera de beaucoup, devenant quelque chose de rare, cher, et réservé à une belle occasion (voyage d'amoureux, réussite à fêter, etc....)

    Les gens en santé pratiqueront tout de même le Trec, la marche à pied et le vélo, mais les contrôles par I.A. seront bien assez nombreux et la difficulté physique ou économique bien assez importante pour que ce moyen reste certes populaire, mais limité.

     

    Est-ce que ça va réellement se passer comme ça ?

    Oui et Non : ce sera l'amorce d'un mouvement qui cherchera tout de même à moins polluer et éviter les déplacements inutiles, et ça c'est positif. On ré apprendra à marcher à pied sur les petites distances ou pour aller à l'école.

    Nous verrons donc l'amorce du mouvement, mais sa finalisation dystopique sera limitée par les grands évènements à venir :

    • Crise économique et chaos social
    • Révoltes sanglantes
    • Troisième guerre mondiale
    • 3 jours de ténèbres et re stabilisation du système solaire dans une nouvelle zone de la galaxie
    • Reconstruction et aménagements suites aux évènements

    Tout se sera tout de même modifié (ce n'est pas la première fois de notre histoire du monde) et nous ne ferons plus les mêmes choses pour les mêmes raisons.

    Nous vivrons également des migrations : économiques, climatiques et géopolitiques ou géophysiques, certaines régions du monde devenant progressivement très inconfortables, tandis que d'autres s'ouvrent au contraire.

    Lese 5 prochaines années risquent d'être passionnantes ...... !!!

     

    Je vous embrasse

    Elizabeth

  • Eau courante, énergie, carburant et climat : quel avenir sur 24 mois?

    Chers tous,

    Bonne nouvelle, beaucoup de gens se sont auto confinés pour le 14 Juillet et les incidents furent rares. Mais voilà où nous en sommes

    • Auto confinement
    • Auto censure
    • Auto restriction

    A ce tableau pas très rigolo, il faut ajouter les prédictions de toutes sortes : journaleux, médiums, économistes etc.... : la rentrée sera chaude et devrait voir naître les prémices d'un état aussi autoritaire que chaotique.

     

     

    Nous autres, terriens de la fin du XX et du début du XXI, sommes une génération qui a vu le temps béni (en Europe) de l'abondance et de la tolérance. Les deux vont d'ailleurs en paire. Nous avions tout et nous pouvons presque dire que nous avons abusé. Pas de notre faute : on nous a largement poussé et encore poussé à l'ultra consumérisme.

    Aujourd'hui on nous vend un tas de trucs et de concepts : ordre mondial, pénurie des richesses terrestrees, terriens qui sabotent et déteriorent le climat, démographie galopante et ressources insuffisantes.

    Qu'en est-il ? (en voyance)

    • La démographie va s'inverser et la terre perdra une part conséquente de ses habitants
    • Le climat va continuer de changer (en en reparle juste après)
    • Après une phase chaotique et terrible, nous reconstruirons mieux, mais autrement
    • L'abondance reviendra, mais sous une forme (et un usage) différente

    Le tout aura une influence déterminante sur notre usage de l'eau, et de l'énergie : 2 grands indispensables à la vie moderne ou à la vie tout court. Mais nous ne reviendrons pas à l'aire des cavernes, ni ne partirons sur un scénario Mad Max.

    j'ai vécu (en chaire et en os, si je peux dire) un voyage temporel. en 2300 (2320 il me semble, j'ai la flegme d'aller vérifier). Il n'y avait plus de grands habitats, et les véhicules individuels étaient portés par des sortes de train pour les grands trajets (on peut comparer ça à du ferroutage). Là où j'avais vécu 300 ans plus tôt, il y avait 4 habitats à la place de ma maison. Les gens portaient des sortes d'uniforme confortable et d'un couleur qui rappelait leur rôle. Le temps était clairement devenu utilisable et on pouvait y voyager. Il y avait encore des problèmes politiques, mais je n'ai pas vu de symptôme  de désordre ou de carence. Mais entre temps, que va-t-il se passer ?????

    La nouvelle terre est clairement à nos portes : parcce que nous allons la concevoir ! certes avec des modifications substancielles de nos paramètres. Mais ce sera notre ouvrage collectif.

    Alors de quoi allons nous disposer dans les 24 prochains mois ?

    J'ai faim illustration stock. Illustration du symbole, produits - 576916

    Avant toute chose, sachez qu'ils ne comptent pas maltraiter les gens, mais suffisament les effrayer pour pouvoir les contraindre à accepter les choses d'eux-mêmes et surtout en ayant l'impression d'en avoir fait le choix conscient. Et avant même de vous démoraliser en lisant ce billet : ils n'iront pas au bout de leurs réformes, ou pour très peu de temps, il vous faudra néanmoins résister moralement.

    L'eau

    Une donnée qui va se faire rare sur le plan sanitaire. De l'eau oui, mais laquelle ? Et encore : oubliez la distribution généreuse des années passées. Non qu'on en manque, mais parce que l'on va placer le citoyen Occidental en état de restriction. Pour le stresser, le rendre docile, et gérer sa vie comme on le fait de celle d'un outil. Nous allons avoir plusieurs cas de figure qui alterneront ou deviendront généralisés par courtes périodes :

    1. Un état sanitaire dégradé, et des maladies naturelles à ajouter à des attentats biologiques non destinés à tuer, mais à affaiblir.
    2. Des quantités de plus en plus restreintes au minimum légal : la boisson et sans doute le projet de fournir une eau moins propre pour la douche et les toilettes, avec ne plus en plus de toilettes sèches élaborées pour fabriquer un compost en briques destinées à être collectées (je vois vraiment des sortes de briques). Le potager et les boissons des animaux non détenus par des professionnels feront l'objet d'innombrables décrets, puis lois pénibles.
    3. Des contrôles avec un compteur à eau intelligent qui régulera de lui-même votre consommation après avoir fait une estimation de vos besoins sur déclaration de votre part. Avez vous un potager ? De quelle taille, à quel usage etc..... Le droit au potager sera sans doute très limité en m².
    4. L'intégration dans les crédits sociaux de votre comportement vis à vis de l'eau
    5. L'interdiction des piscines, et la restriction ferme de l'accès aux plans d'eau sauvages.

    Tout ceci sera sans doute en pointillés, avec une petite crise qualitative et quantitative entree chaque étape.

    Le problème cessera sans doute naturellement à la suite des évènements les plus graves. Car la reconstruction nécessitera autre chose.

     

    Le carburant

    Carburant = conduire = autonomie = çalesemmerde......

     

     

    Ne rêvez pas, le carburant abondant et peu couteux. C'est fini. Ce n'est ni une question d'abondance, ni une question de taxes. C'est un choix stratégique. Et comme "ils" ne veulent pas vous voir trop au volant, ils vont  s'arranger pour que vous ayez moins à conduire :

    1. Développement de la livraison par les hypermarchés
    2. Développement outrancier de la livraison de tout, modèle Amazon et Drones
    3. Développement d'un télétravail efficace et contrôlé, réduction des surfaces de bureau, réduction des contacts sociaux, contacts souvent limités aux moyens informatiques et résiliables par crédits sociaux
    4. Carburant cher et finalement limité, je veux dire rationné. Comme les potagers, comme l'eau potable.
    5. L'industrie automobile va salement prendre, en s'adaptant et en licenciant un maximum d'ouvriers qui seront remplacés par des postes de plus en plus robotisés.
    6. Le marché de l'automobile deviendra soumis à une législation stricte : aidé, soutenu, mais sous conditions pour tout le monde, acheteurs et producteurs ou vendeurs
    7. L'électricité ne se développera pas et restera limité au bon vouloir des Français qui, progressivement, perdront leur capacité à se payer un véhicule
    8. Dans le même contexte, on favorisera à nouveau les transports collectifs urbains et péri urbains
    9. L'essence, mais aussi le gazole, ne sont pas prêts de disparaitre

    On va donc entamer une modification de notre culture du déplacement. Plus de vélos électriques, plus de proximité, plus de livraison et moins de contacts sociaux vrais. Sauf en campagne, mais cela ne concernera qu'une minorité de la population que l'on tentera de plumer par tous les moyens.

     

    L'énergie en général

    On parlera de marasme, de ressources restreintes, de catastrophe annoncée. Mais je n'ai pas le sentiment que le souci se situe là. Certes nous consommons plus que la terre ne peut produire. Plus vite en tous cas. Trop vite. Mais il existe des solutions, et on se refuse à les mettre en oeuvre. On va donc continuer sur de vieilles technologies, ou en nous laissant entendre qu'on les a mises au gout du jour. Ce qui ne satisferait certainement pas Monsieur Tesla.

     

    Les énergies vertes vont très vite se décrédibiliser, sauf les mesures individuelles

    1. Le Bois restera une énergie marginale, puis que l'on légifèrera de façon forte
    2. Le fuel ou fioul disparaitra de chez les particuliers
    3. Les pompes à chaleur feront l'aveu d'un rendement médiocre et d'une consommation électrique non neutre
    4. Le chauffage électrique restera contraint par une forte isolation et le tout sera contrôlé
    5. Le gaz subsistera, il sera cher, comme tout le reste
    6. Progressivement, il deviendra difficile, voire impossible de se chauffer au-delà de 19°C, et encore, sur des périodes restreintes.
    7. Les restrictions toucheront d'abord l'habitat collectif, puis l'habitat  individuel, via des moyens de contrôle de type Linky (idem Gaz, idem Eau)
    8. Ce qui aura pour effet de provoquer une restriction des habitats en surfacee par habitant sur un temps long (cela restera également sur la nouvelle terre, mais avec des aménagements justes)
    9. Dans un premier temps vite là, les equipements collectifs : hopitaux, bâtiments municipaux, maisons de retraite, équipements sportifs, seront soumis à des restrictions injustes et sévères. Ce qui restera en place tant que nous n'organiserons pas de reconstruction en redéfinissant les besoins.
    10. Il sera interdit de limiter le chauffage de son locataire si il ne paye pas et il sera interdit de louer un appartement non normé : ce qui va rendre l'accès au locatif très compliqué et favorisera le développement des grands organismes de location
    11. Restera la marginalité de la petite campagne sauvage, mais les affouages seront limités à l'évidence (nettoyer les forets) et les campagnards ne tarderont pas à subir le poids des normes.
    12. Je ne vois pas sortir d'énergie alternative réellement efficace et abondante
    13. Je vois également des projets nucléaires et autres : beaucoup de blabla, peu d'effets pour nous avant 2030
    14. Les éoliens vont devenir impopulaires et on en voudra bien, mais pas chez soi.
    15. Il deviendra évident que le milieu de l'énergie est aussi corrompu que les labos médicaux

     

    Le Climat

    Non ce n'est pas du délire : il change réellement. Les projections, et celle du jour n'y change rien, font toutes état (je parle de mes projections, pas celles des climatologues) d'un grand changement : plus continental en Europe ! Ce sera progressif, d'abord plutôt 2 saisons au lieu de 4 : un automne hiver glacial et humide, avec de forts évènements climatiques (tempêtes, tornades, inondations, submersion et micro tsunami), puis un été-printemps globalement très sec, mais toujours avec des évènements peu prévisibles et violents.

    La seconde étape verra sans doute le climat Français changer au point de voir apparaitre de nouvelles zones peu praticables (trop arides ou trop mouillées). Le maraichage se développera en Serres tempérées et régulées, tandis que l'élevage sera restreint en faveur de production de céréales qui deviendront malgré tout couteuses tant la production sera aléatoire. L'alimentation n'est donc pas prête de baisser en prix. l'état veillera, dans la mesure du possible, à éviter la famine. Mais le confort disparaitra.

    Les insectes ne prendront que très mal et sous une forme limitée à celle des additifs alimentaires. Mais la viande devra être limitée (les vaches pètent, mais siiiiiii elles pètent ------ Les cons -----). Les produits laitiers chuteront également pour de soi-disant raisons sanitaires, mais dans les faits, pour limiter la culture lait et la filière lait. Progressivement, les éleveurs abandonneront volontairement ou à la retraite, leurs fermes d'élevage. Beaucoup de terres seront rendues à la nature, ou à des productions marginales.

    Toussa pourssa ......

    Mais ce changement climatique va s'installer et basculer progressivement (10 ans ???) vers un climat continental strict, très froid et très chaud, parsemé d'évènements violents qui rentreront dans la culture. L'homme s'adaptera, malgré d'évidentes souffrances. Le Sahel reverdira et certains déserts, comme la Sibérie (qui n'est pas vraiment un désert) deviendront de plus en plus habitables, mais à 50 ou 100 années. Les glaciers continueront de bouger (autrement dit les surfaces de glaciation bougeront de place) ou fondre, et les terres aussi vont sans doute changer. Ce sur du court terme par rapport à l'échelle de la terre. Mais je ne sais pas vous dire si c'est 5 ans ou 50 ans (je dirais quee le processus s'amorce et continuera)

    En attendant, prévoyez de vous chauffer ou de vous abriter des éléments.

     

    La gestion des 5 éléments : un must pour les années à venir

     

    La nouvelle terre dans 3 à 5 ans ?

    Une autre voyance, car c'est à peine énergivore ..... mais vous et moi participerons, j'en suis certaine, à sa construction. Et les choses ne seront pas si désagréables avec un bon mental bien fort et une bonne humeur  travaillée comme un muscle ! Beaucoup d'amis, beaucoup d'amour, beaucoup de vie sociale : ne renoncez pas à votree vie sociale !!!

    Je vous embrasse

    Gardez bon moral

    Elizabeth

     

     

  • L'eau : pénuries, fausses pénuries ou vrais dégâts (voyance et analyse)

    Chers tous (et 1 clin d'oeil à qui se reconnaitra :) )

    Sujet brulant, non pardon, mouillé ....... nouveau clivage chez les Français : y a-t-il ou non pénurie d'eau ?

    Nous venons d'essuyer un début de printemps pluvieux, trèèèès pluvieux. Du coup, tout le monde s'y met : on nous enfume sur la sécheresse !

     

    Je vous propose 2 temps : 1. voyance 2. analyse

    1. L'eau en voyance

    La question ne se pose pas ainsi. Ce que je perçois, c'est une modification générale de la répartition des terres selon leur climat, certaines vont se désertifier, d'autres retrouver de l'eau, puis nous allons sans doute connaître à nouveau de grands froids. Autrement dit, l'eau ne disparait pas, elle change de place .....

    En France, je perçois de grandes chaleurs sèches en été, et un climat qui bascule progressivement vers un continental sec, un peu comme en Mongolie (+35 - 40). Mais c'est une perception à long terme (10 ans ?). Pour 2023, je reste sur un pré-vu de grande chaleur brulante, malgré les trombes d'eau qu'on a pris sur la tronche en début de printemps.

    Le délire climatique ne se limite hélas pas à de fortes pluies, mais aussi à une augmentation des tempêtes, de la grêle etc.... Je ressens une sorte de violence climatique.

    Il parait que MJ Jahenney a dit que : oui certes, sauf que une fois de plus, ce n'est pas daté et que je ne suis pas du tout certaine que cette vision soit pour les temps présents. Je rappelle que MJJ n'a pas reçu ses révélations extatiques dans l'ordre.

    Bon, je peux  me tromper, donc passons à l'analyse

    2. Analyse factuelle

    Nous avons eu une alternance de très sec à très mouillé. Travaillant de près ou de loin dans le milieu agricole, avec un voisin qui bosse pour la météo Suisse (surveillance pour le trafic aérien), je peux vous affirmer que cet étrange ballet de trombes d'eau sur un sol sec a eu 2 effets :

    1°) L'eau ruisselle au lieu de pénétrer et le sol reste sec

    2°) Malgré les apparences, nos nappes n'ont toujours pas récupéré leur niveau

    Il existe d'autres points de détails troublant : les réservoirs privés ne se sont pas remplis au même rythme que par le passé, les cultures nécessitent déjà, pour part, un arrosage afin de démarrer à l'heure (sinon ça reste sec et sans germer rapidement, les rongeurs et oiseaux attaquent les graines, même enrobées). Car ce qui a déjà beaucoup changé, c'est le rythme et l'intensité.

    Par exemple : ici nous sommes passés du très trempé au très sec. Résultat : on doit se prendre de l'eau courante pour abreuver les bêtes. Et ce fut déjà le cas cet hiver.

    Enfin, l'eau qui arrive par trombes, n'entre pas dans les terres trop sèches, mais lave leur surface (surtout en culture tradi .....) Ce phénomène est à l'origine d'inondations sévères dues à la brutalité des chutes d'eau : mais si on avait, comme au paravent, des pluies à un rythme régulier et une intensité plus faible, la question ne se poserait pas.

    En fait, cette saison des pluies ressemble à un désordre climatique et non à une recrudescence. Le vent, désormais régulièrement violent (nous avons encore des rafales à 60 dans le Jura) n'arrange rien et sèche le sol à une vitesse record.

    L'eau semble s'être réellement déplacée sur certaines zones, où elle tombe de façon concentrée, tandis que d'autres se demandent  si enfin le jardin va être arrosé.

    Enfin, en voyancen je continue de percevoir un été brulant, sec, incendiaire.

    Point 3 bonus :) : et le gouvernement, il nous raconte quoi ?

    La vraie question qui se pose est sans doute, pour eux, de réserver les ressources naturelles, toutes les ressources, à un usage dont la masse imbécile et grouillante (nous) est à exclure.

    Macron a échangé de l'eau contre du pétrole (il me semble que c'est du pétrole), mais hors de question que votre gosse patauge dans une gonflable. Et oui .... la sauterelle sur le champ de blé, c'est nous pour eux. 8 milliards de sauterelles.

    Donc ils continuent de nous bassiner sur la secheresse, même quand il y a inondations. Ca rend le discours grotesque, alors que, dans le fond, ils n'ont pas complètement tort : le climat Européen se modifie et l'eau va poser problème, juste pas de la façon dont nous pouvons l'imaginer.

    Le problème de l'eau, c'est le même que celui des vaches qui pètent : il est donné sans son contexte, mais sert de bonne excuse pour remettre les sauterelles dans leur cage.

    Ajoutez que l'agriculture intensive a rendu les terres stériles et que l'eau glisse plutôt que de se mêler aux tissus vivants. Une grosse masse de terre décarbonée et morte que l'eau noie, au lieu de la nourrir.

    Ajoutez y le vrai-faux débat sur le carbone et le tour est joué. On sort les éléments du contexte, on limite la consommation, on parque les sauterelles, puis on passe l'insecticide. Ca ne vous rappelle rien ?

     

    Conclusion : blague à part, l'alternance d'eau ruissellante et de sécheresse venteuse ne vont vraiment pas arranger nos récoltes et notre vie. Ca peut donner une cave inondée, suivie d'un incendie au milieu des friches en face de la maison.

  • C'était pré-vu pour dans 5 ou 10 ans, et où en est on ?

    Chers Tous,

    Vous vous souvenez, j'avais fait toute une série d'article sur la façon dont ils voulaient faire évoluer le monde et où nous risquions d'arriver dans les 5 à 10 ans. Ca date un peu, je vous laisse faire vos recherches ....

    Hélas, c'est en train de se réaliser et à vitesse grand V, je fais donc un point sur leurs projets actuels, ils rejoignent mes pires nouvelles dystopiques (certaines écrites chez Pierre Templar, taper Elizabeth sur son moteur de recherche, d'autres sur ce site)

     

    Pour résumer, les gardiens de l'Ombre sont en train de nous faire comprendre que nous sommes de trop. Très clairement.

    Mais ne vous laissez pas effrayer par le début de l'article

    Parmi les projets en cours et perceptibles avec une grande clarté :

    • Remplacement de la viande par de la viande construite par imprimante 3D et développement de la nourriture à base d'insectes
    • Valorisation importante par une communication spécifique des régimes végans et végétariens
    • Suppression de la petite agriculture et de la filière élevage au grand complet (au grand complet)
    • Disparition progressive de la filière Bio sous la forme actuelle, et développement d'une bio-industrie avec un cahier des charges différent
    • Inaccessibilité des terres agricoles pour les besoins particuliers
    • Disparition  de la filière des animaux dits de rente (chevaux, moutons, chèvres, lapins, poules, canards, oies, etc...) - Interdiction sans doute pure et simple pour les particuliers et conservation de fermes pédagogiques ou de la filière sport pour les chevaux
    • Supression de l'ensemble des animaux domestiques
    • Suppression des maisons particulières et ré organisation des espaces de vie en ville  10 minutes (tout est à disposition à 10 minutes maxi de vélo)
    • Appartements limités à 20 m² par personne, mais sans doute avec 10 m² par personne supplémentaire
    • Espaces de co-working et de sport, voire cuisines collectives
    • Chauffage régulé en collectif à 19°C de jour, 17 pour la nuit
    • Interdiction ou forte limitation des véhicules individuelles
    • Limitation de l'usage des transports collectifs
    • Forte limitation des voyages et trajets par avion
    • Forte limitation d'achats de vêtements et objets personnels
    • Usage des réseaux sociaux connecté à un système de crédits sociaux
    • Disparition progressive de la propriété
    • Sans doute une stérilisation partielle de la population
    • Mesures d'euthanasie étendues (voire le Canada avec l'euthanasie de personnes handicapées ou de personnes droguées, sans leur accord)
    • Disparition de tout système de chauffage individuel, dont le bois bien entendu
    • Accès régulés et organisés à la nature sur des circuits prévus hors zones protégées ou exploitées (soit 95% de la surface)
    • Usage de l'eau en collectif, température modérée et quantité régulée, 2 litres d'eau potable, toilettes/broyeurs/composteurs sèches et douche limitée en temps et avec jets économiques
    • Electroménager standard pour tous, et mise à disposition numérique de telle sorte que le choix et le type d'échanges reste limité
    • Espaces de détente plus ou moins calqués sur le modèle de Center Parc, disparition progressive de la possibilité d'accèder librement à la mer ou à la montagne ou à la nature, sauf justification par des pratiques sportives encadrées ou diplomantes
    • Travail sans doute rebaptisé pour part en rôle ou implication sociale, avec possibilité d'objecter, mais un grand inconfort, même si la survie est assurée
    • Monde de l'entreprise 100% géré par de grands consortiums (Labo, Défense, Agro-alimentaire) ou de grandes enseignes (Telles Ikéa, Décathlon)
    • Disparition de la petite revente (leboncoin) sauf troc officiel de recyclage

    Les premiers symptômes

    C'est J. (elle se reconnaîtra) qui a attiré vraiment mon attention avec l'entreprise - site - consortium "2tonnes.org" qui sont clairement installés là pour nous aider à prendre Leur tournant à Leur façon et selon Leurs règles.

    De toute évidence, ils ont créé une maxi structure destinée à "accompagner le changement" (vocabulaire employé ici en lieu et place de nous aider à avaler des couleuvres)

    Du coup, j'ai voulu y voir plus clair et j'ai fait aussi le test de ma propre "carbonisation" à toutes fins d'analyser les résultats, je vous en livre le détail : 

    Mon Bilan Carbone :

    Officiellement 1 maison de 87 m² chauffée mixte PAC poêle à bois, 65 euros d’électricité par mois, 1 lit de moins de 10 ans ainsi qu’une armoire, 2 chiens 1 chat. Pratique de l’équitation et un jardin.

    Dans la réalité, j’ai actuellement 10 moutons, 20 poules, 8 chevaux, 6 cochons, et 6,5 hectares de terres agricoles en fermage. Mais aussi 7 gros chiens (gardiens de jour et de nuit sur les 3 sites), 1 chat, des panneaux solaires et je n’utilise ma PAC que pour le chauffage de l’eau (Bois exclusivement pour la maison).

    J’ai déclaré que je mangeais de la viande 3 fois par semaine (c’est le cas)

    Et que j’utilisais ma voiture à raison de 10 km par jour (c’est le cas), mais sans préciser que nous prenions souvent la voiture de fonction de mon homme.

    Globalement je produis ma viande et mes légumes, ce qui ne figure nulle part. Je nourris également une bonne part du reste de la famille et je fais pas mal de petits déplacements à cheval ce qui est impossible à quantifier

    Un certain nombre de facteurs sont  importants, mais difficiles à réduire car paramétrés automatiquement. Et j’ai volontairement minimisé certains points.

    Services sociétaux 1,5 T dont  - Pas de contrôle sur ce point

    • Services publics 1 300 kg – Non réductible
    • Services marchands 200 kg – Non réductible

                     

    Alimentation 1,3 tonnes dont  - Déclaration de 3 viandes par semaine et boisson rare

    • Repas 1 100 kg – Non réductible
    • Déchets 150 kg – Non réductible
    • Boisson 120 kg – Difficilement réductible

                     

    Divers 1,3 tonnes dont  (là on devrait avoir le triple en réalité sur les chiens, soit 2 tonnes en tout, et sans compter les chevaux et autres bestioles « polluantes »)

    • Animaux domestiques 650 kg – Déclaration de 2 chiens 1 chat, au lieu de 7 gros gros toutous
    • Textile 160 kg – 2 pantalons, 2 t-shirt et 1 gros vêtement par an et 1 paire de chaussure
    •                Loisirs 140 kg – Déclaration d’équitation, mais pas de mes 4 chevaux
    •                Produits manufacturés neufs 130 kg (quasi rien)
    • Électroménager 110 kg (4 congélateurs, 1 frigo, pas de télé)
    • Numérique 80 kg (Ordi, Tablette, Portable, 2 heures par jour)
    • Produits consommables 26 kg   
    • Ameublement 20 Kg (Déclaré des meubles de moins de 10 ans)

    Transport 0,7 tonnes, dont (totalement sous-évalué, on devrait être au double)

    •  Voiture 700 kg (déclaré 10 km par jour sur une voiture Diesel)
    • Déplacements efficaces  22 Kg (déclaré le reste en vélo électrique)

                     

    Logement 0,6 tonnes

    • Energie logement 450 kg (déclaré chauffage mixte bois PAC)
    • Électricité  110 kg (Déclaré 65 euros par mois pour 87 m²)
    • Extérieur (jardin, terrasse) 80 kg (le simple fait d’en avoir)

     

    Si je vous raconte tout ça, ce n'est pas pour vous faire un descriptif de ma vie. Mais pour vous dire à quel point tout est biaisé. La vie normale y est décrite comme celle d'un semi citadin tout à fait normé selon leurs critères. La vie rurale y est tout à fait absente. Le jardin coute en bilan carbone, mais pour quelle raison ? Les animaux domestiques sont hyper lourdements taxés, comme les loisirs en extérieur, mais par contre, l'usage de l'informatique et de l'internet sont très peu pénalisés. Les services publics, et certains paramètres absolument indépendants de mes choix, sont très lourds (comme les services publics) et si on met bout à bout services publics et alimentation, on arrive de fait aux 2 tonnes maximum pour leur avenir selon leurs critères .....

    Leur vie idéale se réduit donc à manger, se chauffer (mais peu), écouter l'internet et bosser. Le reste est déjà de trop, quant à la vie rurale, elle n'est pas paramétré, donc sans doute pas envisagée, pas imaginée, sauf à la faire disparaitre. Par contre la jouissance des services régaliens (l'état) est vraiment très chère, et non négociable ..... 1984 .....

    Que se passerait-il si on mesurait ma taxe carbone ? Pour de vrai ? Je ne sais pas. Outre la bêtise du truc, car de la production de carbone dépend tout de même la survie des végétaux. Et la véritable pollution n'est pas forcément là. En tous cas on me dirait que j'ai trop de chiens, que c'est à la Police de faire la surveillance plutôt qu'à mes chiens (Lol, surtout contre les Loups, ils sont remarquables), que je n'ai pas à élever des moutons car l'agneau de nouvelle Z. est moins cher en prix de revient (même si il fait des milliers de km en bateau et en congélateur), que mes chevaux ne servent à rien car la mécanisation est plus efficace (mais hors de prix et générant un endettement massif des agriculteurs). On me dirait que mes terres seraient mieux exploitées par l'industrie que pour ma pomme car on y produirait bien plus et que mon indépendance coute cher à la société, et enfin que mon confort de vie, 87 m² pour moi avec un jardin, n'est pas applicable à tous et qu'il faut donc arrêter cette débauche de luxe.

    Je pourrais répondre que j'ai bossé comme une forcené et payé plus de charges qu'à mon tour, sans doute 10, 20 ou 30 fois plus que la plupart des gens qui ne peuvent pas travailler, Cela ne compte pas à leurs yeux. A leurs yeux, nous sommes des parasites, qu'il faut réguler. Et un parasite indépendant, c'est une calamité.

    Voilà le vrai bilan carbone. Si je reprend ma dernière expérience céleste, il est évident que la nouvelle terre va considérablement évoluer, mais pas pour les raisons qu'ils prévoient : il n'y aura pas d'Industrie de l'armement, les Laboratoires seront vertueux, ceux qui ont un talent le partageront etc..... Et là, on fera une vraie économie de matière première !!!!!!

    Ce que l'on nous propose, c'est bien pire que la stratégie collectiviste de Staline. C'est l'annihilation de droit de décision autonome. 1 modèle de vie, 1 pensée, 1 énergie commune, collective gérée comme une assemblée de rameurs  qui suivent les instructions.

    Est-ce que cela va se produire ?

    No ! Pour plusieurs raisons :

    1°) Il y a tout de même une part de gens qui s'éveillent et font tache d'huile (bénéfique). La communication s'accroit de jour en jour et vous faites partie de ces relais de l'information vertueuse qui veut une humanité meilleure, mais avec son libre arbitre

    2°) La guerre qui se prépare va être destructrice sur le plan des structures. Hors un gouvernement mondial collectiviste et dictatorial est très centralisé en dépendant tout à fait de ses structures (d'où peut-être leur évaluation du cout carbone de l'état)

    3°) Les incidents cosmiques à venir mettront bon ordre dans ce qu'il reste de leurs horreurs.

    Donc il n'y a pas lieu de désespérer, il nous faut au contraire, être sources d'espoir pour la nouvelle génération.

    Alors non, je ne vous propose pas de modèle, car il me semble que c'est bien la diversité qui fait la richesse de ce monde. Mon modèle n'est pas ni le meilleur; ni celui qu'il faut comparer : chaque modèle a sa richesse du citadin absolu, au paysan, en passant par l'objecteur de conscience et le philosophe. Mais clairement, il ne s'agit pas de leur vision des choses, quoiqu'ils vous diront que le philosophe assis devant son écran ne les dérange pas, mais que le paysan vole les ressources de l'industrie ...... Ils ont la volonté de tout unifier, y compris (et surtout devrait on dire) la Religion. Des temples uniques (en cours), un rite unique, et une louchette de pieuses pensées pour avoir le courage de repousser le bonheur après la mort. Puis enfin d'accepter qu'on appuie, à votre place, sur la touche off lorsqu'il est dit que vous ne servez pas leurs intérêts.

    Courage, chers Tous, c'est à vous tous de participer à l'éveil général, de la façon de votre choix !

    je vous embrasse

    Elizabeth