Le grand tri, partie 2 : comment aller du bon coté du mur

Le Grand Tri, sur quelles bases ? Comment éviter l’endormissement ? (partie 2)

SI tout le monde dans le petit peuple des croyants en « autre chose » évoque à sa façon le grand tri, c’est en pensant secrètement tomber du bon coté du mur …. Mais qu’en est-il en réalité ?

Vous pensez prioritairement à vous, les problèmes des autres ne vous regardent pas, ce que vous aimez par-dessus tout, c’est votre paix, vos dépenses, vos achats plaisir, vos projets de vacances, vos sorties entre amis lorsque vous le souhaitez et fermer les écoutilles lorsque vous en avez envie. Vous aimez croire lorsque la croyance vous porte mais votre portefeuille et vos désirs vous portent là où ils le souhaitent. Vous avez le sentiment de subir votre vie, que vous êtes la victime du destin, que vous avez bien mérité de vous faire plaisir lorsqu’enfin vous en avez la possibilité. Vous n’aimez pas cette société de consommation, mais que feriez-vous sans votre télévision grand écran, votre smartphone et votre réfrigérateur américain ? Vous pensez bien, mais agissez dans votre intérêt. Vous pensez spirituel, mais agissez consommation. Vous pensez Dieu et Après, mais agissez Maintenant et Confort.

Que croyez-vous qu’il va se passer ? Qu’un vaste vaisseau  Divin va venir vous extraire de la panade et que par « Dieu sait » quel miracle vos nombreuses qualités morales restées cachées dans un coffre seront reconnues et qu’une médaille vous sera décernée ? Lisez-vous les canalisations divines qui émergent de toutes parts ? Parce que croire en cet amour inconditionnel et salvateur, c’est un peu comme de passer une pommade à la cortisone sur une blessure : ça ne la fera pas guérir !!!

La seule chose qui puisse vous guérir, c’est le fait de reconnaître vos valeurs profondes et d’y conformer autant que possible votre existence sans égoïsme.

Si vous ne pouvez pas luttez contre ce mouvement obscur qui vous endort au coin du téléviseur le soir, parce qu’il vous rassure et vous assure que demain rien ne sera changé, alors nous vous souhaitons une bonne nuit, mais elle risque d’être longue.

Longue parce que cela veut dire que malgré tous les signaux au rouge, vous n’avez plus la capacité à vous réveiller alors que le processus est lancé. Lorsque le couperet tombera, vous vous réfugierez comme un petit animal apeuré, mais jamais vous ne prendrez le risque d’aller vers l’inconnu qui sommeille au fond de vous, la force divine qui peut vous transformer et faire de vous un être aussi vaste que l’univers auquel il appartient.

Ne croyez pas que la panique vous fera renaître, elle sera telle qu’elle terrorisera les plus courageux. Seule la force de l’abandon vous permettra de voir, au milieu des tumultes, la joie de la renaissance qui suit tout processus de mort.

Voulez-vous vraiment passer le mur ? Alors apprenez jour après jour à vivre non pas contre la société, mais sans dépendre d’elle concernant votre paix et votre joie. Voyez la joie dans l’amour, l’amitié, le regard qui embrasse le monde et la perfection d’une abeille qui butine. Voyez la paix dans la certitude d’être de toute façon dans la guérison, dans cette forme de croyance merveilleuse qui vous donne le sourire même lorsque vous pourriez le perdre.

Chaque petit geste de vrai Amour construit une marche de l’escalier, chaque pensée qui vient de l’âme et non de l’égo vous éloigne de l’horreur, chaque grandeur vous éloigne des erreurs possibles, il n’existe pas de petite victoire : tout effort de réveil est éveil.

N’oubliez pas l’un des signaux majeurs de l’éveil : lorsqu’une joie profonde sait vous habiter, d’abord de temps à autre, puis de plus en plus, pour ce qui ressemble à des détails insignifiants : une mère qui aime son enfant, une plante épanouie, le câlin de votre animal de compagnie, la beauté d’un lieu ou la joie d’un autre que vous-même.

Nous ne vous demandons en aucun cas de pleurer pour les misères du monde, ce que vous savez très bien faire depuis votre fauteuil télé. Et qui ne sert à rien du tout. Nous prenons ça pour de la mauvaise tiédeur et de l’insipidité caractérisée. Nous vous demandons d’être en accord avec vous-même, même si pour cela vous allez commettre des erreurs.

 

Apocalypse;ascension;nouvelle terre

×