Russie;apocalypse;dernières heures de l'occident;fin des temps

  • Ils nous parlent de la Russie et des dernières heures de l'occident

    Ils parlent de la Russie de Fatima

    A russie 

    Ils me parlent de la Russie, car la Russie m’interroge

    La Russie est à Fatima ce que le soleil est à l’explosion : un must ! Si Fatima évoque une Russie en pleine révolution, mais avec 1 siècle d’avance, c’est parce que cette révolution a laissé une population désemparée et exsangue qui depuis 1 siècle ne fait que souffrir ou attendre ou encore s’arranger avec le système en priant pour qu’il l’oublie. Fatima c’est un avertissement, son fameux soleil est un avertissement, un signe concret et tangible qu’il ne s’agissait pas de la névrose conjuguée de petits bergers sachant à peine écrire. La Russie est pour ainsi dire le troisième secret de Fatima, non pas parce qu’il (celui-ci) ne contiendrait que cela, mais parce qu’il en est l’un des éléments déclencheurs ou qu’il marque l’entrée dans le royaume des enfers.

    Le royaume des enfers est dans l’imagination populaire un lieu ou brulent les âmes damnées, pour l’éternité et loin de toute repentance. Dans les faits, la terre est presque un enfer et les progrès se mesurent à la sueur de sang que vous déposez dans vos marécages. C’est dire que nous respectons infiniment le choix que vous avez fait d’y vivre.

    L’enfer n’existe pas dans les mêmes conditions, celles que dépeint l’imagerie populaire. Mais l’enfer, c’est faire vivre chaque jour à son voisin, la misère, la souffrance physique et morale, alors que cela n’est non seulement pas nécessaire, mais qu’en plus cela n’ajoute rien à votre soupe quotidienne. Alors vous les nantis, risquez fort d’être surpris : voilà comment réfléchit le peuple Russe lorsqu’il pense aux occidentaux qui ont tout, mais pour qui cela ne semble jamais assez. Eux qui n’ont pas grand-chose.

    Non la Russie ne pense pas à vous faire la guerre, le peuple Russe pense chaque jour à trouver ses légumes, sa viande, son chauffage et ses conditions de vie pour le jour d’après. Mais quoi dire de la rancune qui s’est installée et qui gagne les échelons de la société Russe toujours plus émue de voir à quel point l’Occident est décadent. Que croyez-vous qu’ils pensent de Versailles ? Que pensez-vous à terme de votre roi-soleil quelques siècles plus tard ? Ses excès, sa cours ? Ses promenades ? Pendant que le peuple souffre d’une guerre qui n’en finit pas. La guerre ne se fait plus en bottes et cirés de campagne, mais il s’agit d’une guerre économique qui ruine le peuple Russe, ne préservant que quelques rares privilégiés qui pensent à fuir en Jet privé l’invasion des rats si celle-ci menaçait.

    Vous avez-vous aussi votre guerre et votre invasion de « rats » car vous les considérez avec autant de compassion que ces charmants petits animaux. Il en va de même dans toute l’Europe occidentale. Alors ne croyez-vous pas que tous les ingrédients sont là ?

    Nous sommes en train de vous dire que sauf extraordinaire (et impensable) mouvement de compassion dans le monde envers ceux qui ont moins ou qui manquent, vous allez droit à une terrible destruction dont vous serez les premières victimes car le monde vous regarde avec un mélange de haine et d’envie, quand bien même vous seriez, vous aussi, tristes au quotidien de manquer de tant d’amour.

    La Russie est devenue une sorte de bombe à retardement, mais qui a une puissance d’autant plus incroyable qu’elle a transformé toutes ses quêtes et tous ses désespoirs en volonté absolue de vivre et survivre. Volonté qui vous manque désormais. Alors regardez les souffrances de la Russie, celles de 1917, mais aussi les suivantes, comme autant d’épées de Damoclès au-dessus de vos têtes bénies d’occidentaux entêtés qui ne savent plus voir la richesse qui est la leur.

    Profitez des dernières heures qui vous restent pour remettre en question votre sens de la joie, du partage, de l’amour, de la quête parce que bientôt vous aurez d’autres « chats à fouetter ». Non nous ne souhaitons pas vous effrayer, mais remettre les pendules à l’heure ! Car ceux qui s’ouvrent à la compassion s’ouvrent aussi à un bonheur sans fin, celui d’aimer et d’être aimé de retour. Seul ce sentiment apaisera vos passions internes et vous apportera la sérénité nécessaire pour vivre les temps qui viennent.

    Vous voudriez que nous vous parlions de Poutine ? Oui, c’est un grand homme à l’égo plus grand encore, extrêmement intelligent (avec une référence humaine) et qui ne s’avouera jamais ni vaincu, ni humilié, ni réduit. Il est en équilibre sur la corde raide et c’est sans doute un excellent équilibriste, alors priez pour qu’il arrive à démêler l’écheveaux qui entoure la Russie, à défaut de quoi cet ultime équilibre sera rompu dans un fracas étourdissant.

    Non tout n’est pas totalement écrit : c’est la compassion de chacun qui animera la dernière scène sur le grand théâtre de la terre.

×