Créer un site internet

Hypnose

J'ouvre ce blog pour partager toute l'importance des résultats de l'hypnose de mes client/clientes. Les informations reprises ne manqueront pas de passionner les chercheurs de vérité et de permettre à tous ceux qui le souhaitent de se rapprocher d'eux-même.

Ce travail est long et méticuleux, puisqu'il s'agit de retranscrire par écrit (et de façon anonyme) certaines séances particulièrement probantes et apportant une véritable valeur ajoutée qui gagne à être partagée. Les prénoms sont tous faux bien entendu.

Ne sont pas repportées les inductions hypnotiques ou le travail fait en amont et en aval pour permettre au sujet d'aller vers son "soi supérieur" et se ressourcer tout en ramenant des informations utiles.

Les séances seront retranscrites au fur et à mesure que j'aurais 1 minute de libre :)

A bientôt

Elizabeth

  • Dossier complet : interprétez vos rêves avec justesse

    Interprétez vos rêves et souvenirs, c’est temps (dossier)

     

    De plus en plus de client (e)s rêvent de façon quasi lucide, se souviennent, se questionnent, le phénomène est généralisé chez les chercheurs de vérité et de nombreux blogs en parlent. Il est néanmoins difficile de les mémoriser, puis retranscrire et analyser avec justesse. Je vous donne quelques clefs qui font partie du bagage de base de tout ésotéricien : pragmatisme, bon sens discernement, mais aussi ouverture à l’extraordinaire.

    Ce dossier sera synthétique et basique, le sujet mériterait un livre, je ne peux donc pas tout évoquer, seules les hypothèses les plus fréquentes seront abordées.

    Le moment du sommeil est un grand privilège. Votre âme (ou esprit, selon les cultures ou appellations ou parties évoquées) s’évade et se repose parfois sur des terres lointaines de cette fâcheuse vie terrestre, pendant que votre corps en fait autant à son niveau. Mais il existe un troisième acteur : votre cerveau ! et même un quatrième : votre inconscient, sa partie individuelle, mais aussi collective, ses archétypes.

    Quels sont les acteurs du rêve :

    Votre cerveau veille sur votre corps et sur votre programmation d’espèce ainsi que sur les mécanismes de survie. Votre inconscient est la partie méconnue de vous-même qui se signale comme elle peut lorsque vos besoins ne sont pas satisfaits. L’inconscient collectif, hérité de la communauté culturelle (et religieuse) ainsi que de la mémoire cellulaire, vous hante parfois pour vous rappeler votre histoire et les grands objectifs familiaux/culturels/religieux. Il fonctionne beaucoup avec les archétypes (signifiants culturels généraux).

    Votre âme/esprit/corps éthérique se baladent parfois dans des mondes étranges, que ce soit attirés par vos peurs ou vos désirs et autres questionnements pour y trouver des réponses, mais aussi tout simplement par phénomène d’attirance naturelle ou de pensée créatrice. Ces mondes ne sont donc pas tous signifiants.

    Il existe enfin une proportion de rêves qui sont prémonitoires car au niveau de l’âme le temps n’existe pas et la perception de l’avenir reste possible, bien que ce ne soit qu’une hypothèse d’avenir.

    Ajoutez à cela les communications inter dimensionnelles : avec vos défunts, vos figures religieuses, vos amis également en sommeil, des créatures qui n’existent pas dans notre sphère, etc….

    N’oublions pas les souvenirs d’abduction ou d’expériences hors de notre réalité vers des mondes ou des lieux inaccessibles sous notre forme physique. Cette catégorie est à peine différente de la précédente car votre capacité créatrice y joue un rôle moindre, même si non nulle.

    Ce que nous appelons les rêves correspond donc en fait à plusieurs réalités qu’il est délicat de distinguer les unes des autres. La plupart des dirigeants, rois et autres princes de ce monde ont employé des devins ou voyants pour analyser leurs voyages oniriques afin d’en décrypter le sens, souvent hélas, d’un point de vue égotique en fonction de leurs centres d’intérêts, ce qui a donné lieu à de remarquables erreurs d’interprétation sur les guerres gagnées ou perdues par exemple ….

    Comment « trier » les différents rêves :

    (nous verrons après comment les interpréter)

    1°) Le plus basique, la purge de vos émotions, forme d’expression qui évite la surtension et permet de se libérer en évitant le Déni ou l’accumulation. Ces rêves sont souvent très chargés d’angoisse ou de peine, voire de colère et malgré le réveil parfois désagréable, ils sont utiles car ils vous signalent également que vous êtes sans doute en colère, peiné ou anxieux (émotions négatives primaires).

    Par exemple : vous craignez que votre compagne ou compagnon ne s’éloigne de vous et vous rêvez qu’il vous trompe avec Pierre Paul ou Jacques pendant que vous êtes attaché à une corde au milieu d’un lac sombre …. En clair, vos affaires courantes vous retiennent prisonnier malgré vous et vous avez peur qu’il ou elle finisse par chercher du confort ailleurs. Le climat du rêve est fort, presque violent. Votre cerveau utilise des images qui sont métaphoriques ou allégoriques et que vous pouvez décrypter vous-même. Les prendre au pied de la lettre serait une erreur, tout comme les ignorer. Mais ce ne sont pas des messages venus d’ailleurs.

    2°) Le message crypté de votre inconscient est une seconde forme d’expression plus élaborée dans la mesure où il est indispensable de le prendre en compte ! Vous rêvez, par exemple, que vous perdez vos dents inexorablement, le tout en ressentant une affreuse angoisse ; ou que vous vous noyez dans un liquide visqueux ….. Votre inconscient vous signale sans doute que vous êtes proche d’une forme de burn out ou que vous n’écoutez pas les indicateurs de votre santé physique ou mentale.

    Ce rêve n’est pas du tout prémonitoire d’une quelconque réalité appelée à se réaliser, mais décrit un état présent souvent passé sous silence à cause de vos contraintes matérielles.

    3°) Le message complexe, seconde catégorie de message crypté de votre inconscient : il est 100% élaboré à base de métaphores et allégories dont vous êtes le seul véritable détenteur. Il n’y a donc en théorie que vous qui pouvez l’interpréter avec justesse. Il peut également utiliser des archétypes. Dans ce rêve, vous êtes metteur en scène, acteur, réalisateur et destinataire tout à la fois. Si quelqu’un vous aide à le décrypter, il faudra pour ça qu’il vous questionne sur ce que signifie pour vous chaque élément du rêve.

    Exemple : J’ouvre une machine à laver le linge et un petit volcan caché à l’intérieur m’explose au visage et me brule, puis une marée d’eau glaciale jaillit de la cave et éteint le volcan. Ce rêve pourrait être interprété de la sorte : au fond de moi, et alors que je tente de me nettoyer de mes émotions, une colère vive et mal contenue est en train de bouillir …. Mais je l’éteins au fur et à mesure en utilisant ma forte capacité à gérer ou prévenir les débordements. Posez-vous alors la question : quelle colère, pourquoi ? Faut-il la dénier ou la taire à 100 %.

    Cette catégorie de rêve a ses « classiques » collectifs et archétypés tels que la fuite éperdue où il est difficile voire impossible d’avancer, ou ses combats éperdus. Ce sont des rappels non négligeables.

    Ces 3 catégories sont les plus fréquentes. Elles sont signifiantes d’un point de vue personnel. Souvent rapidement floutées et oubliées sauf technique de mémorisation au réveil.

    4°) La ballade dans les mondes de la pensée créatrice : rêves paradisiaques ou infernaux, selon …. Tout est vrai au second degré, aussi vrai que notre monde, mais tout aussi matriciel. C’est le monde d’Inception et nul ne sait au final ce qui existe vraiment. Rien à un niveau ultime. Mais ces rêves peuvent vous délivrer des intuitions fulgurantes, des idées de génie ou vous signaler d’immenses désirs ou peurs. Ce sont des espaces de ressource, de réflexion, de recul, de création, à la fois précieux et irréels, ce qui peut sembler paradoxal. Le risques serait de se laisser programmer par ces moments, « à l’insu de son plein gré »

    Exemple : la machine à coudre est née durant un rêve ….. Une entité est-elle intervenue ? Je ne sais pas. Autre exemple, vous vous retrouvez dans un Enfer plus vrai que nature, où d’affreux démons reptiliens vous torturent à loisir : il est probable que rien de tout cela n’existe, si ce n’est qu’au fond de vous « guette » une peur profonde, celle de votre âme d’avoir choisi une vie qui est une véritable torture (mais il existe quantité d’interprétations possibles)

     

    5°) Le voyage astral dans une sphère différente et peuplée collectivement (comme la terre d’une certaine façon). Vous avez un sentiment extrêmement physique et réel, vous sentez votre corps, vos 5 sens sont actifs, vous percevez les choses avec précision, vous les mémoriser souvent bien, et elles subsistent dans votre mémoire, parfois durant toute votre vie. Il existe également des voyages astraux dans l’existant à notre niveau, vous pouvez vous retrouver dans une base militaire, un vaisseau spatial, une cérémonie occulte, un laboratoire spécial, ou même à regarder vos amis dormir dans leur chambre avec des détails matériels qui viendront attester de l’exactitude des faits.

    Les mystiques ont ainsi voyagé « au ciel » ou « en enfer » et en font des récits criants de vérité. L’expérience de NDE (Expérience de Mort Apparente) est située entre celle du voyage astral et de celui dans les mondes de la pensée créatrice.

    Ces voyages sont très signifiants, même si on ne peut pas toujours en faire quelque chose concrètement. Il s’agit d’une partie très complète de nous : le corps éthérique ; et il est plus vivant que vivant !

    6°) Les contacts avec d’autres niveaux de conscience ou avec les défunts. D’autres créatures ou entités cherchent parfois à nous communiquer des informations ou des avis (qui ne sont pas nécessairement à prendre pour argent comptant). Attention : ce n’est pas parce que ça ressemble à votre grand-mère, qu’il s’agit de votre grand-mère ….. Ces entités se servent de nos rêves pour y insérer leurs messages, ce ne sont donc que des rêves mais avec des messages délivrés sous forme allégorique et qu’il faut décrypter soi-même avec un risque d’erreur non négligeable.

    Nos défunts utilisent souvent ce canal pour nous donner de leurs nouvelles, mais les entités farceuses ou manipulatrices aussi. Pour trier le bon grain de l’ivraie, il faut se référer à ses valeurs profondes (Amour, Famille, Harmonie par exemple) et ne pas accepter d’en sortir. Par exemple, si une entité se faisant passer pour votre défunt parent vous explique qu’il faut se débarrasser du chien qui va mordre votre enfant, commencez par vous poser plusieurs questions :

    • N’est-ce pas tout simplement une de mes peurs ?
    • Est-ce que je prends assez de précautions pour tenir mon enfant à l’écart du chien ?
    • Le chien est-il vraiment dangereux ? Et je me le cache à moi-même ?

    N’euthanasiez donc pas direct ce pauvre toutou dès votre réveil …. Ces rêves sont signifiants, mais demandent du discernement.

    7°) Les souvenirs de contacts hors dimension actuelle : une variante de la précédente catégorie. Vous y trouvez les souvenirs d’abduction (qui ressortent aussi par hypnose et laissent parfois des traces physiques indéniables), les contacts mystiques profonds (Christ, Bouddha, Ange, etc….), les contacts démoniaques (Incubes, Succubes, Démons, etc…). Nous parlons de « souvenirs » parce que votre corps physique terrestre en a vraiment fait l’expérience, mais que tout cela semble malgré tout irréel. Il vaut parfois mieux ne pas se souvenir. Comment distinguer le réel de l’irréel ? Une hypnose profonde menée par des spécialistes qui vont couper et recouper les infos (plusieurs séances nécessaires) peut aider à faire jaillir la vérité. Des preuves physiques constitue un indice fort et il y a parfois un véritable traumatisme. Il va de soi que j’exclue à 99% les vidéos d’hypnose régressive qui pullulent sur le net chez des spécialistes du reptilien ou de l’entité maléfique …. Ce qui est dommage car les vrais spécialistes passent du coup pour des charlots.

    Le cas de plus flagrant de ma clientèle : des mèches de cheveux coupées en arrière de la tête et des brulures sur le bras au réveil, en forme de carré …

    8°) Le souvenir vrai : Rarissime. Mais vrai et existant. C’est une expérience comme celle que je viens de décrire mais qui a été vécue en plein état d’éveil. Le souvenir peut-être tout à fait traumatisant.

    Ces 5 catégories sont celles de voyages du corps et de l’esprit. Elles sont toute signifiantes, mais à traiter au cas par cas. L’hypnose est un outil précieux pour aider à y voir plus clair.

    9°) Le rêve prémonitoire : Imprévisible, souvent constaté à posteriori, il peut être en fait l’expression de plusieurs sous-catégories :

    • Le voyage dans un autre espace-temps
    • L’information délivrée par une entité extérieure à notre sphère matérielle
    • Le contact avec des créatures ou entités matérielles ou immatérielles, mais ayant accès à cette information

    Il est très difficile de faire la distinction entre un rêve chargé de peur ou de désir et une prémonition. C’est en cela que s’appuyer sur un pro du truc peut aider à y voir plus clair.

    Le temps n’est que le fait de notre sphère. Sortir, durant notre sommeil, de notre espace-temps est plus fréquent qu’il n’y parait et n’est pas réservé aux seuls médiums.

    Sur certains blogs, les commentaires permettent de partager ses rêves et voyages et il y a des exemples frappants. Je considère avec une grande attention les rêves émanant d’enfants ou de personnes non polluées par leurs connaissances personnelles d’un sujet eschatologique par exemple.

    Par exemple : si je rêve personnellement de la planète Nibiru, j’y attache une importance très relative car je suis polluée par mes recherches récentes (ce qui ne fut pas le cas au début en 2008). Mais si les éléments du rêve (ou souvenir) sont inconnus du rêveur (artefacts, connaissances étrangères) et qu’il ne comprend rien lui-même, c’est là que ça devient informatif. Le rêve prémonitoire ne doit pas vous faire adopter une conduite imbécile. N’oubliez pas qu’il peut-être une farce ….

    La littérature pullule de messages extra-terrestres, de messages divins, de messages en tous genres. Seuls les réalisations ou les marqueurs temporels permettent d’y voir un peu plus clair. J’ai étudié les prémonitions de « Luz de Maria » (prophète sud-Américaine reconnue par l’église catholique) sur 6 mois et depuis 3 ans : 70% de réalisation sauf sur les plus grosses menaces. De la même façon les grandes puissances travaillent avec des « Remote Viewers », comme Ed Dames, qui projettent leur conscience hors de temps ou de l’espace avec un taux de « vrai » qui va de 20 à 70%.

    La voyance est donc l’exemple typique de l’exercice de voyage prémonitoire. Et ce n’est pas une science exacte, puisque précisément on sort de l’espace et du temps.

     

    Comment analyser son rêve, voyage, souvenir ou projection de conscience

    1. Commencez par l’écrire pendant que vous en disposez et prenez conscience d’un certain nombre d’ingrédients :
    • Est-il concret et réaliste ou au contraire tout à fait flou et onirique ?
    • Y aviez-vous un fort sentiment de réalité et disposiez-vous de votre corps et de vos sens ?
    • Que ressentiez-vous (émotion) : Peur, Colère, Peine, Joie, Désir, Amour, incommensurable Amour, Peur apocalyptique, Rien du tout
    • Quel a été votre premier sentiment en vous rappelant : nécessité, évidence, clarté, autre ?
    • Quels sont tous les éléments du souvenir : pris séparément ou collectivement, marquez tout cela sur papier.
    • Avez-vous des traces physiques de votre voyage ?
    • Disposez-vous d’une preuve tangible dans les jours, semaines, mois qui suivent ? (suivi du rêve ou souvenir)
    • Disposez-vous d’un élément vérifiable : langage inconnu, information précise, prénom ancien, ou planète existante (mais tous éléments que vous ne connaissiez pas préalablement).
    • Avez-vous fait plusieurs fois ce rêve ou ce souvenir ?
    • Notez l’impact de ce souvenir/rêve/voyage sur vous-même entre 1 et 10 : 10 puissant et définitif, 1 très ponctuel et léger.

     

    1. Puis passer à l’analyse significative du rêve

    Si vous disposez d’informations inconnues par vous-même, d’un fort sentiment de réalité, d’une clarté non onirique, d’une sensorialité complète et efficace, d’une sentiment de nécessité ou d’évidence, alors il est évident qu’il s’agit d’un voyage ou d’un souvenir et qu’il peut-être important voire fondamental sur le plan informatif. Mais seul le discernement vous dictera votre conduite (quoi en faire, à qui le confier, comment l’utiliser). Faites des recherches sur les éléments/informations qui vous sont étrangers.

    Si il s’agit strictement d’images (en 3 D plus ou moins le son et les sensations) connues par votre cerveau, évaluez chaque image en vous posant la question suivante :

    Que représente, pour moi (ma famille, ma religion, mon groupe culturel), cette image ? Par exemple, dans mon cas personnel, la voiture représente mon véhicule terrestre dans cette vie. Puis refaites une lecture en regardant la métaphore d’un point de vue collectif, c’est-à-dire tous symboles associés les uns aux autres. Il s’agit sans doute d’une lecture qui vous concerne vous prioritairement, mais qu’il peut être important de comprendre et conscientiser.

    Si il s’agit d’une imagerie onirique, mais dans laquelle un défunt apparait ou un être différent, vous devez marier l’analyse métaphorique à l’intervention de l’entité pour en faire un message cohérent. Cela peut-être signifiant – mais sous réserve de discernement ! C’est aux fruits que l’on reconnait l’arbre, méfiez-vous donc de tout message qui vous inciterait à commettre des actes qui ne vous correspondent pas et sont conséquents.

    Si vous souffrez de conséquences physiques : montrez les ou prenez les en photo, cela vous sera utile tôt ou tard si vous choisissez d’en parler à un pro, avec ou sans hypnose.

    Si vous ressentez un sentiment non humain : comme un amour incommensurable ou une peur atroce qui vous a marqué comme une brulure : raisonnez en termes d’apprentissage : qu’ai-je compris, appris, découvert ? Mais chassez toute déduction extrême ou comportement excessif.

    Notez votre analyse dans un cahier réservé à cet effet afin de pouvoir suivre cette affaire dans le temps et contrôler la véracité des informations perçues.

    Posez-vous une ultime question concernant ce rêve : a-t-il un rapport proche ou lointain avec mes désirs ou peurs profondes ? En ce cas il faudra vraiment en relativiser le sens. Par exemple : si vous rêvez que vous sauvez les gens d’un incendie dans l’immeuble, cela peut-être prémonitoire, mais aussi correspondre à votre désir profond d’être utile et de jouer un rôle. Le premier n’excluant pas le second : soyez vigilant et ne laissez pas votre égo confondre ses désirs avec la réalité, même à venir.

    1. Faites-vous aider ou partagez

    Trop signifiant, louche, vrai, chargé d’infos ? Partagez avec un pro ou payez-vous une hypnose (il en faudra peut-être plusieurs) afin d’en tirer tout le potentiel et éventuellement de transmettre l’information reçue.

    Si vous êtes la victime d’abductions (plus courant qu’on ne l’imagine) ou de sévices, il faudra sans doute travailler sur vous-même pour éviter le traumatisme ou se protéger lorsque c’est possible.

    Si ce n’est rien de tout cela, une aide vous permettra aussi d’y voir clair.

    1. Faites un suivi dans le temps

    C’est la seule vraie façon de trouver les réponses et d’évaluer l’importance de nos rêves souvenirs et voyages.

     

    Voilà pour ce dossier qui j’espère vous permettra de commencer un profond travail en cette heure magique où nous risquons de devenir des témoins de l’histoire. Rester prudent et rationnel vous permettra de ne pas tomber dans les excès délirants ou paranoïaques tout en savourant ces clins d’œil en provenance de mondes différents.

  • hypnose enquête : rencontre avec le guide supra-conscient de Sophia et échange autour du thème des émotions douloureuses

    Hypnose enquête : Le guide spirituel ou supra conscient de Sophia et les émotions douloureuses

    Problématique : D’abord sachez que Sophia est entièrement d’accord pour que nous travaillons sur un plus vaste plan qu’elle-même et que le partage intégral soit rendu sur le net, bien que certains passages intimes aient été exclus (du reste sans intérêt pour quiconque à part Sophia)

    Sophia est une absolue novice dans l’ésotérisme et vient me voir par le bouche à oreille sans pouvoir recréer des informations déjà connues.

    Sophia a une vie qu’elle juge médiocre : seule, 2 jeunes enfants, divorcée mais n’ayant pas réussi à rencontrer une nouvelle personne, elle souffre d’une part d’une surcharge de travail et d’autre part d’un manque affectif comme « un trou béant » selon-t-elle. Les finances ne sont pas optimales, les enfants sont parfois pénibles et sa famille est absente.

    Elle ne vient pas pour changer cela, mais pour développer ses capacités à gérer ses émotions car elle « gueule » sans arrêt pour reprendre ses mots.

    Résultat : A la suite de notre travail, La vie de Sophia ne s’est pas profondément modifié, mais elle s’est sentie plus sereine face à ses épreuves.

    Durée de la séance : 2h00 et 30 minutes d’échanges préalables

    (La procédure d’hypnose n’est pas décrite ici, certains échanges sont simplifiés par gain de temps pour préserver l’essentiel sans transcrire des heures d’échanges à visée totalement intime ou personnelle)

    E (la thérapeute, Elizabeth) : A présent tu vas tracer une porte lumineuse et interdimensionnelle et lorsqu’elle sera devant toi, tu l’ouvriras et passeras de l’autre coté.  1- tu te sens prête et observes cette porte face à toi, dis moi à quoi elle ressemble.

    S (Sophia) : C’est une porte de lumière translucide, mais je ne vois rien de l’autre coté

    E : 2 – tu t’approches de la porte et ressens peut-être des émotions, vois des couleurs, peut-être entends-tu déjà quelque chose ou perçois tu quelque chose de l’autre coté

    S : Il n’y a rien, mais je me sens paisible, très bien, je touche la porte et elle semble s’effacer, mais je ne vois rien

    E : 3 – Tu passes par la porte et découvres un nouvel univers reposant dans lequel tu es immédiatement en sécurité.

    S : Oh c’est magnifique ici, il y a plein de lumière partout, comme si la lumière dansait et qu’elle avait toutes les couleurs possibles

    E : Bien, à présent tu vas appeler ton guide spirituel, ange gardien ou supraconscient (comme tu le souhaites) afin d’avoir un échange avec lui

    S : C’est mon guide spirituel, il arrive, c’est une grande lumière

    E : Comment te sens tu avec lui ? (suit une procédure de vérification qui n’est pas décrite ici)

    S : Je me sens si bien, je suis si heureuse de le revoir

    A présent j’intensifie la transe hypnotique afin d’entrer en contact avec ce que l’on peut appeler le « Supra conscient » ou SC et d’aller chercher des réponses non seulement pour Sophia, mais aussi pour nous tous qui peinons chaque jour à comprendre pourquoi cette vie ?

    E :  Qui êtes vous pour Sophia

    SC : Je suis son énergie primordiale, il n’y a pas de mot dans votre vocabulaire pour cela

    E : Sophia n’est pas heureuse et souffre de multiples problèmes concrets qui la font souffrir, comment pouvez-vous justifier cela

    SC : Cela n’est pas justifiable en soi, mais Sophia en a fait le choix non conscient afin de faire grandir une partie d’elle-même encore fragile et de passer un cap, elle n’affronte que ses propres choix

    E : Vous nous dites donc que nous ne souffrons pas par hasard, mais par choix

    SC : Oui, même si les causes sont variables sur le plan terrestre, d’un point de vue plus profond il n’y a pas d’autre origine que notre volonté à nous aguerrir au contact d’épreuves librement déterminées.

    E : Je ne vois pas comment se sortir d’un choix dont on ne se souvient plus, pourquoi devons-nous nous aguerrir ? Et comment peut-on justifier ces difficultés innombrables sur terre

    SC : il s’agit du choix de l’expérience, les parcelles de Dieu expérimentent la totalité du spectre avant de revenir à Dieu

    E : Je ne vois pas pourquoi Dieu n’a pas créé toutes ces parcelles parfaites du premier coup ?

    SC : Toute chose et son opposé sont créés, la création n’a pas un seul spectre, mais la totalité. Ce projet est si vaste qu’aucun concept humain ne peut l’imaginer ou le décrire. EN vivant cette expérience, Sophia et toutes les autres acceptent de se confronter à toutes les lumières, y compris les pulsions les plus noires afin de faire le choix conscient et volontaire de la beauté et de l’amour.

    E : Ne parle-t-on pas plutôt de terre prison, de matrice et d’enfermement de l’âme ! Qu’en est-il de ces concepts ?

    SC : tout est, mais tout dépend du point de vue, si vous vous placez d’un point de vue terrestre alors oui la terre est une prison dont il est très difficile de sortir car ce que vous appelez le karma est une mélasse de causes et d’effets qui vous noient progressivement et rien ne saurait vous exclure de ce process. Mais si vous voyez les choses de notre point de vue, cette terre prison est un instant de l’univers et prendra fin immédiatement à la prise de conscience de chacun que cette matière n’est pas la lumière, ni les ingrédients qui vous font vivre et que vous vous octroyez vainement : argent, possessions, passions diverses. Si vous prenez conscience que tout cela n’a aucun sens, alors plus rien ni personne ne pourra maintenir ce carcan d’illusions autour de vous.

    E : on parle souvent de matrice et les théories les plus folles circulent à ce sujet : matrice artificielle créée depuis la lune et maintenue par des entités négatives qui se nourrissent de nos émotions.

    SC : C’est exact, il s’agit bien d’un monde tout à fait artificiel et créé dans l’objectif de vous réduire en esclavage et de se sustenter de vos efforts ou de votre souffrance. Mais ça ne vaut qu’à partir d’un point de vue réductionniste qui est très « terre à terre ». Dans les faits, renoncez à tout cela et ces faux amis perdront leur pouvoir et devront renoncer à leurs projets. C’est ce que vous appelez l’éveil ou l’ascension, question d’époque.

    E : n’avons-nous pas des amis qui peuvent nous aider à sortir l’humanité de ce cauchemar ? Je ne vois autour de moi que des gens malheureux et des situations difficiles.

    SC : peut-être pas autant que vous le croyez. Beaucoup de gens se complaisent tout ou partie dans ce monde et sont à la recherche de biens matériels, même illusoires, ou de joies superficielles. Le vrai malheur, les privations sévères et les souffrances psychiques graves ne représentent pas une majorité durable.

    E : Je m’inscris en faux et vous n’avez pas répondu à la question des amis qui pourraient nous aider ?

    SC : Si une personne apporte un poisson, vous mangez une journée, si elle vous apprend à pêcher, vous mangerez chaque jour. Il est important et même capital que vous appreniez à vous défendre vous-même des forces de l’ombre qui vous harcèlent, quand c’est le cas. Nous pourrions bien souvent évoquer plutôt l’éloignement de la mission de départ et la perte de point de vue de l’essentiel.

    E : ET comment s’en souvenir puisque nous revenons au monde à la fois inaptes à quoi que ce soit et en ayant tout oublié de ce qui a précédé ?

    SC : Vos amis-guides vous brandissent des panneaux directionnels à longueur de vie et vous refusez bien souvent de les voir, par peur ou par désir d’autre chose. Mais si vous regardiez la réalité en face, vous vous sentiriez moins seuls.

    E : Et Sophia, comment peut-elle s’en sortir ?

    SC : en changeant son point de vue. Elle n’est pas une mère de famille noyée dans ses soucis, mais une grande personne humaine avec de nombreux atouts et un entourage amical fort. Elle ne manque de rien sur le plan physique et peut même s’octroyer quelques petits plaisirs. Elle a choisi cette période de solitude pour apprendre à manager sa vie de façon autonome.

    E : et que pensez-vous de son évolution ?

    SC : elle est excellente, de nombreuses épreuves sont dépassées et elle pourra bientôt passer à l’étape suivante, ces épreuves disparaitront alors pour faire place à une nouvelle vie.  Elle a seulement oublié que le seul moyen de devenir autonome était qu’à un moment vos « parents » vous lâchent la main lorsque vous faites vos premiers pas, vous rendant la capacité décisionnelle et la gestion de votre vie. Le filet de sécurité a donc été progressivement ôté pour que Sophia expérimente cela.

    E : Bien, mais comment doit-elle s’en sortir ?

    SC : en focalisant moins sur les petits détails du quotidien et en pensant plus à l’objectif final : grandir et prendre toute sa place.

    E : Et que dire de ces attaques permanentes de la vie ? Attaques que nous subissons tous et toutes : argent, santé, situations familiales difficiles, trahisons, abandons Etc…

    SC : la plupart du temps votre ennemi est la peur du changement. Mais si vous acceptiez l’idée de changer de vie, vous seriez surpris de la facilité avec laquelle vous vous réadaptez et passez à autre chose.

    E : C’est un peu facile à dire ……. Dans les faits lorsqu’une personne est noyée sous un problème et que, par exemple, elle risque de mourir ou de perdre sa maison et sa sécurité, elle ne peut pas penser « tout va bien se passer » ?

    SC : Si, la mort, qui selon vos critères elle la pire des situations, n’est qu’un passage, seule la douleur pourrait vous effrayer. Quant aux changements matériels importants, vous avez déjà presque tous surmonté de nombreux changements et ils ne vous ont pas toujours rendu malheureux dans le temps, bien souvent lorsque vous perdez quelque chose, vous gagnez autre chose si vous savez le voir. Ce monde est un monde de souffrance et nous pensons évidement que le but est de le quitter définitivement après avoir compris que tout ce qui s’y passe n’est qu’une vaste illusion sans grand intérêt. Mais dans l’attente, laissez de coté tous ceux qui vous font du mal, fuyez et allez vers le bon et le bien mental et physique : cela devrait être votre seule préoccupation et non pas un bien matériel ou une situation matérielle.

    E : Mais qu’en est-il de cette matrice ?

    SC : la matrice fonctionne grâce au karma et le karma fonctionne sur la base de la peur, de la haine, de la rancune et de l’incapacité à laisser une partie de vous partir définitivement, cette partie de vous fusse-t-elle un ancien amour, une vieille histoire de famille ou une trahison : peu importe : vous n’avez pas à régler le passé mais à penser seulement à tisser les liens agréables de l’amour dans l’avenir.

    E : Vous ne pouvez pas nier la souffrance ?

    SC : Nous ne la nions pas. Nous vous prions de faire tout le nécessaire pour la quitter.

    E : revenons à Sophia : quelle est sa mission terrestre ? j’ai bien noté la prise d’autonomie, mais au-delà de ça ?

    SC : Elle doit lâcher prise sur le présent et penser en terme d’avenir, la peur du changement lui nuit plus qu’elle ne l’imagine. Nous comprenons ses difficultés organisationnelles et matérielles, mais rien d’insoluble. Elle paye très cher le confort de l’illusion, par des inconvénients majeurs dans sa vie. A terme elle renoncera à ce confort et ira vers une nouvelle vie

    E : Et si nous attendions tous un peu le coup de pouce qui nous aide bien comme le fait d’avoir un bon ami, ou une situation facile ?

    SC : alors vous passerez à coté de l’occasion de grandir en autonomie. Néanmoins ce coup de pouce vous est tout de même parfois donné quand l’épuisement le justifie car nous ne saurions vous laisser supporter des épreuves qui sont insurmontables pour vous.

    E : QU’en est-il de ces forces sombres, mais aussi des soi-disant projets d’ascension planétaires et autres projets New Age qui nous projettent dans un monde merveilleux après un évènement non moins merveilleux ?

    SC : Bravo à tous ces scénaristes qui voient un projet merveilleux d’ascension générale, mais il ne peut en être ainsi. Grandir est un phénomène individuel et non collectif au détriment de toutes les caractéristiques qui font que vous êtes prêt et pas votre voisin. Néanmoins la terre rentre dans une nouvelle phase et certains d’entre vous vivront des choses plus particulières que d’autres.

    E : Sophia est-elle concernée ?

    SC : oui, elle rejoindra un groupe de gens qui ont fait le choix de vivre dans le partage et la solidarité qui sont des formes d’expression de la source. Ce n’est pas une ascension au sens où vous partiriez au paradis, mais ça le sera dans le sens où il vous sera donné la force de vivre autre chose alors que tant d’autres ne pourront pas le faire parce qu’ils seront, soit arrivés au terme de leur parcours, soit qu’ils ne pourront pas passer de cap supplémentaires et devront en quelque sorte recommencer la leçon.

    E : Quelle sera alors la mission de Sophia ?

    SC : briser ses chaines ! Mettre fin aux limites qu’elle se fixe, elle en a déjà brisé quelques-unes, ce sera donc aisé et même agréable de sentir sa vie entrer en expansion !

  • Marc : des mèches de cheveux coupés par un "Gris" et des souvenirs d'abduction

    Note de l'auteur : J'ai longuement hésité à publier (avec l'accord de l'intéressé) cette séance. Peur d'être décriée sans doute. Mais elle me semble tellement importante .....

    Marc : Mèches de cheveux (vraiment) coupées, Dialogue avec un Gris et souvenir d’Abduction

    Problématique : Lorsque Marc vient me voir, il en est à sa huitième mèche de cheveux coupés, Marc ayant les cheveux mi longs, ces mèches situées devant son front ou sur le haut de la tête pour 4 d’entre elles, sont bien trop visibles. Je suspecte un somnambulisme, une mauvaise blague et autres idées issues de mon scepticisme naturel, mais en fait tous les éléments tendent à prouver que le phénomène n’est pas vraiment habituel.

    Et 01 

    Marc n’a aucune culture ésotérique ou paranormale, il ne s’intéresse pas à ce type de sujet, il est seulement intrigué et très embêté par ce qui lui arrive.

    Résultat : A la suite de notre travail, Marc n’a rien changé de sa vie, mais il a au moins le sentiment d’être plus conscient et de comprendre ce qui lui arrive !

    Durée de la séance : 2h00 et 30 minutes d’échanges préalables

    (La procédure d’hypnose n’est pas décrite ici, certains échanges sont simplifiés par gain de temps pour préserver l’essentiel sans transcrire des heures d’échanges à visée totalement intime ou personnelle)

    E (la thérapeute, Elizabeth) : A présent tu vas rentrer dans le souvenir et ouvrir tes yeux intérieurs sur ce qui t’entoure, commence par observer ton corps en train de dormir et dis-moi ce que tu perçois.

    M (Marc) : Je dors, il ne se passe rien

    E : Regarde tes cheveux, sont-ils coupés ou encore là ?

    M : Ils sont encore là

    E : Bien, en quelques instants seulement tu laisses le temps filer et la caméra filmer tout ce qui se passe afin d’arriver à l’instant où tes mèches de cheveux disparaissent, que se passe-t-il alors ?

    M : Oh, il y a une forme dans la chambre, elle vient d’entrer là comme ça en apparaissant subitement

    E : Décris moi cette forme et dis-moi par où elle est arrivée ?

    M : Par la fenêtre ! Mais tout est resté fermé, je ne sais pas comment elle est rentrée. C’est une grande forme grisâtre, sa tête est volumineuse, ses doigts, je les regarde, ils tiennent un petit instrument et ils coupent mes cheveux.

    E : Combien de doigts ?

    M : 3, longs, fins

    E : Quelle taille fait-elle ?

    M : Ooh elle est grande, peut-être 2.50 mètres

    E : Ressemble-t-elle à une créature connue ? A quoi peux-tu la comparer ?

    M : Je ne sais pas, elle a de grands yeux noirs, pas d’oreilles, j’ai peur

    E : tu es en sécurité ici et maintenant, ce n’est qu’une vidéo, pas la réalité, tu peux même la toucher et dialoguer avec elle sans risque

    M (pas convaincu) : Elle n’est pas humaine, je dois rêver

    E : Fais avancer la vidéo au lendemain matin, lorsque tu observes la mèche de cheveux coupés dans ton miroir et dis-moi ce que tu vois et ressens.

    M : Je vois mes cheveux et je suis inquiet, un peu en colère aussi, mais surtout je veux comprendre

    E : A quoi ressemble ton inquiétude à l’intérieur de toi, peux-tu la localiser ?

    M : Oui, c’est une boule dans la gorge

    E : Une boule de quelle couleur ?

    M : Verte

    E : Bien Marc, souhaites tu continuer d’éprouver de l’angoisse, ou veux-tu comprendre ce qu’il t’arrive ?

    M : La peur ne fait que me perturber partout, même dans mon travail, je respire mal. Je veux comprendre

    E : Alors tu vas ôter cette peur de ton corps et la ranger avec tout ce qui est inutile à l’expérience présente. TU ne conserveras que la prudence nécessaire à ta protection. Prends cette boule verte avec tes mains intérieures et touche-la. Que ressens-tu, comment est-elle exactement

    M : C’est une boule pâteuse verte, dégoutante, elle me bouche la gorge, à cause d’elle je respire mal.

    E :  Saisis-la et sors la de ta gorge

    M : C’est ce que je fais, mais elle dégouline sur mes mains, c’est dégoutant.

    E : Détruis la et jette les débris dans un feu de joie

    M : D’accord, je fais ça

    E : Comment te sens-tu ?

    M : Je me sens soulagé

    E : Bien, reprenons, à 3 tu vas repartir dans ton souvenir là où tu l’as laissé.

    (Décompte hypnotique)

    M :Il est là

    E : C’est un être masculin, décris le moi ?

    M : il est grand, le torse nu, il a peut-être une combinaison, mais je perçois mal la matière, ça brille un peu dans l’obscurité

    E : vois-tu ses pieds ?

    M : ils sont comme couverts par le bord de mon lit, je ne vois pas

    E : Et toi, que fais-tu dans ce souvenir

    M : Je dors

    E : Bien, pendant que tu continues de dormir dans ce souvenir, ici et maintenant tu vas intervenir dans le souvenir et prendre contact avec cette créature, lui demander des comptes.

    M : Comment je fais ?

    E : Tu lui parles dans ta langue, simplement par télépathie, demande lui qui elle est

    M : Qui êtes-vous ? (je lui rappelle qu’il peut communiquer télépathiquement) Elle me dit que nous les appelons les « gris » comme leur couleur.

    E : Demande-lui pourquoi elle te coupe les cheveux ?

    M : Il me répond qu’il contrôle les effets de la pollution terrienne sur notre génétique

    E : Demande lui si c’est lui qui a coupé les mèches précédentes

    M : Oui

    E : Et si il compte en prendre beaucoup d’autres

    M : Si nécessaire

    E : pourquoi sur Marc ?

    M : Il dit que je suis un bon sujet génétique

    E : Dis-lui que ça te cause une gêne car c’est visible

    M : Je lui dis, mais il me regarde et on dirait qu’il s’en fout

    E : tu as le pouvoir d’exiger des comptes pour l’usage de tes cheveux, demande lui de cesser

    M : Il me dit qu’il cessera, mais devra revenir de temps en temps.

    E : Pourquoi

    M : Parce que la terre est très polluée,

    E : Ce n’est pas nouveau

    M : Si, vous avez des pollutions différentes, la terre risque de mourir

    (étant habituée aux messages catastrophistes des E.T. je me montre un peu dubitative)

    E : Et pourquoi la terre mourrait-elle ?

    M : Parce que vous ne maîtrisez pas les forces que vous utilisez, vous faites des erreurs grossières

    E : Est-ce une raison pour nous traiter comme des rats de labo ?

    M : Nous vous considérons comme précieux, c’est pour cela que nous surveillons.

    E : Pouvez-vous laisser Marc en paix

    M : Nous allons essayer de réduire

    E : Vous auriez pu aussi prélever à un endroit moins visible

    M : Non, nous devons prendre sur les zones exposées

    E : Qui êtes-vous au final ?

    M : Nous sommes des amis et des instructeurs.

    E : Montrez à Marc des images de votre environnement

    (je compte récupérer de l’information que je pourrai recouper)

    M : Je perçois une immense salle, il y a plein de monde, des hommes et des femmes

    E : Humains ?

    M : Oui, mais il y a aussi des tas de gris, les hommes et les femmes dorment sur des tables. Les gris les examinent, puis ils se réveillent et repartent, ça fait cela tout le temps.

    E : Demande-lui si tu en as fait parti

    M : Oui

    (Marc semble ailleurs et sa réponse a quelque chose d’automatique, il ne semble ni gêné, ni surpris)

    E : De quel type de programme s’agit-il ?

    M : Surveillance génétique

    E : Bien ! Je veux que vous donniez un conseil bienveillant à Marc

    (cette procédure permet aussi de rassurer Marc)

    M : (qui parle à nouveau pour l’entité) Se protéger, à la fois du Soleil et de la pollution.

    E : Pourquoi le soleil ?

    M : Parce qu’il est toxique pour votre ADN

    E : Mais il est nécessaire ?

    M : Oui, à petites doses, mais il vaut mieux rester à l’intérieur

    E : Et comment se protéger de la pollution

    M : Vivre proprement, pas d’excès, pas trop de sport en extérieur (Marc fait de la course à pieds)

    E : Vous n’allez tout de même pas nous dire qu’il faut vivre enfermés sans bouger ?

    (A ce stade vous noterez que Marc est devenu un canal, il est en transe profonde et son corps ne bouge plus du tout hors mis sa respiration)

    M : Si, de toute façon c’est une période où la fatigue vous contraindra à plus de mesure.

    E : Donc vous recommandez à Marc de diminuer le sport et de rester calme

    M : Oui, pas trop soumis aux ondes non plus

    E : Quelles ondes ?

    M : Electricité, Télévision, appareils émettant des ondes.

    E : Quel effet est souhaité ?

    M : Diminuer a pollution électro magnétique

    E : Bien, je vous remercie, à présent je souhaite revenir à mon échange avec Marc. Marc, où es-tul à présent

    M : Dans ma chambre. Il est reparti, je me regarde dormir.

    E : Comment vas-tu à la fois à l’instant présent et dans le sommeil ?

    M : Je me sens fatigué, comme endormi

    E : Bien, tu vas laisser Marc dormir dans son souvenir et revenir à l’instant présent. Avant tu vas mémoriser un détail, une phrase ou un souvenir que tu vas ramener avec toi. Quelque chose de vraiment positif qui t’aidera à mieux gérer ou vivre avec tes cheveux coupés

    M : Ils nous protègent

    E : Bien

    Fin de la séance d’hypnose

    Voilà ce qu’on appelle, dans notre jargon, une hypnose ésotérique, permettant au sujet de voyager dans le temps et l’espace, d’échanger avec des créatures rencontrées et de ramener de l’information utile (souvent à tous).

    Par la suite Marc ne s’est plus plaint et les cheveux coupés se sont raréfiés, même si de temps en temps, alors qu’une mèche avait repoussé, une autre disparaissait ……

    Pendant la séance, à mesure que la transe s’approfondit, le sujet devient véritablement un canal capable de capter télépathiquement d’autres dimensions que celle de l’ici et maintenant.

    Bien entendu il nous manquera toujours la preuve, mais les cheveux coupés ne sont tout de même pas partis tous seuls … ET Non, Marc n’est pas somnambule (et pas de trace des cheveux dans le lit ou dans la poubelle)

  • Sylvie : une névralgie ramenée du Tibet

    Sylvie : Une névralgie ramenée du Tibet

    Problématique : Sylvie souffre de névralgie ! Le jour, la nuit, la très célèbre névralgie de Arnold transforme sa vie en enfer quotidien peuplé de médicaments très (trop) forts tels que le tramadol, le bi-profenid ou le dafalgan codéiné. Outre la souffrance, Sylvie ne supporte plus de se droguer ainsi. Les examens médicaux ne permettent pas de bien isoler une cause ou une autre et De toute façon Sylvie veut traiter ses angoisses et son mal de vivre.

    Bouddhisme 

    Résultat : A la suite de notre travail, les souffrances ont régressé fortement et les traitements ont pu diminuer. La névralgie subsiste, mais se fait rare, une fois par mois environ au lieu de quotidienne.

    Durée de la séance : 1h45 et 30 minutes d’échanges préalables

    (La procédure d’hypnose n’est pas décrite ici, certains échanges sont simplifiés par gain de temps pour préserver l’essentiel sans transcrire des heures d’échanges à visée totalement intime ou personnelle)

     

    Sylvie éprouve des difficultés à se laisser aller au processus thérapeutique, elle craint une désillusion de plus ! Je la rassure en lui expliquant qu’elle n’a rien à perdre et que ce travail permettra aussi de réduire/comprendre ses angoisses répétitives.

    E (la thérapeute, Elizabeth) : A présent tu vas ouvrir cette porte noire derrière laquelle se trouve le souvenir du moment/l’instant où s’est mise en place la douleur, tu reviens à l’origine de la douleur. Ton corps astral voyage dans le passé, guidé par cette sensation pendant que ton corps physique, ici et maintenant demeure couché et immobile. Que perçois-tu ?  Entends-tu ?

    S (Sylvie) : Je vois un homme, aux yeux bridés, on dirait un chinois. Il a un costume vert et quelques insignes, c’est un soldat

    E : Ecoute et ressens.

    S : Il hurle ……. Je ressens de la peur. Oh mais je connais cet homme !

    E : Qui est-il pour toi ?

    S : C’est mon amoureux, il me tient par les épaules et je crie aussi, nous nous disputons en fait

    E : Que s’est-il passé, voyage en arrière dans le temps, comme si tu regardais le film à reculons ?

    S : Il est soldat, nous sommes dans un pays de montagne, il est comme chinois et m’apporte des vivres dans ma cuisine. Nous nous aimons, mais il veut que je parte avec lui dans son pays. Les gens du village l’insulte, mais il n’est pas seul, ils sont à 2 et armés. Nous sommes des amoureux interdits ; Je vois mon père qui se dispute avec d’autres hommes du village, il nous est reproché d’avoir des liens avec des hommes qui sont nos ennemis.

    E : Où vis-tu ? Décris-moi le paysage autour de toi

    S : Il y a des petits temples, des drapeaux à prière, une terre sèche, des rochers et des montagnes en arrière-plan, l’herbe est rare et nous avons aussi un petit temple à la maison, Oh mon Dieu, on dirait le Tibet (Sylvie est surprise et émue), voilà pourquoi je suis bouddhiste, mes vêtements sont usagés, jupe longue, les femmes du village sont toutes habillée comme moi, nous vivons simplement.

    E : Regarde bien les vêtements de ton « Ami », sont-ils modernes ou plus anciens, tu me parles d’uniforme …..

    S : Oui, ce n’est pas si vieux, c’est une tenue militaire traditionnelle, ses insignes sont rouges, il a un camion vieux, bâché et mon père a son attelage avec notre cheval. C’est si récent, c’est l’invasion du Tibet par la Chine, mon ami est Chinois, c’est un soldat Chinois, nous sommes tombés amoureux et il protège le village comme il peut. Je suis de plus en plus menacée par mes proches, j’ai peur.

    E : Revenons à l’instant présent, pourquoi hurles-tu ? Tu dis  que tu as peur

    S : Il a une hache, il me menace, quelqu’un l’a dénoncé et il va perdre son honneur, peut-être la vie, il est fou de colère, de rage

    E : Je te rappelle que ici et maintenant tu ne risques plus rien, comment t’appelles tu dans cette autre vie ?

    (Procédure hypnotique d’évacuation de la peur)

    S : Je m’appelle Djampa

    (je retrouverai en faisant des recherches le prénom Tibétain Jampa, qui veut dire Compassion)

    E : Laisse défiler le temps et regarde la fin de cette dispute sans haine ni peur, car elle ne t’appartient plus.

    S : Oh il est enragé, il me donne un coup de hache dans la nuque, je suis morte, par terre, il y a du sang partout, il est parti, il s’enfuit, personne ne réagit, je suis morte mais j’ai mal, j’ai mal à la nuque, j’emmène cette douleur avec moi comme si j’étais dans mon corps.

    E : Ou es-tu à présent ?

    S : Je flotte, je flotte mais je pleure et j’ai mal, j’ai mal de voir mon père pleurer aussi

    E : Laisse le film avancer et regarde cet autre toi qui flotte, que fait-il lorsque le temps passe de 1 jour ?

    S : Je suis toujours là, mon corps a été soigné et allongé, il va être brulé, on prépare le brasier, cela m’est insupportable car les miens ne m’entendent pas, je flotte à côté d’eux, comme muette….

    E : Avance de 3 jours à présent, où es-tu, que ressens-tu ?

    S : Une grande angoisse, mais à présent mon corps est fait de lumière, mon corps terrestre a disparu, je monte, je monte, je suis entourée d’une lumière apaisante, je vais m’endormir, me reposer.

    E : Avance encore, où es-tu ?

    S : Je suis dans un très bel endroit, il y a une très belle végétation, mais les murs semblent faits de lumière, je suis couchée et j’attends

    E : Qu’attends-tu ?

    S : Je vais revenir, ils m’ont envoyé à nouveau sur terre, bientôt je vais connaître une famille, un père, une mère, être à nouveau une femme et j’ai peur, non je ne suis pas du tout détendue et je n’ai pas envie de revenir, je vais oublier …… oublier ……

    E : Qui t’envoie, qui sont-ils ?

    S : Ils sont lumière aveuglante, ils disent que je n’ai pas appris assez. Mais je ne suis pas d’accord, enfin si, ils sont convaincants. J’éprouve beaucoup d’angoisse….

    (Procédure hypnotique de levée de l’anxiété)

    E : Demande-leur qui ils sont ? La lumière ça peut être n’importe qui

    S : Ce sont des géants, des  géants faits comme nous, mais leur visage, leur visage est flou, ils ne veulent pas répondre.

    (Je passe ici les tractations pour obtenir des explications d’abord refusées avec un certain mépris ce qui confirme le doute que j’ai à propos de notre réel choix à nous réincarner et concernant ces f ameux « guides spirituels » qui nous poussent)

    E : Demande-leur de quel droit ils t’envoient sur terre alors que tu n’en as pas envie ?

    S : Ils disent que l’apprentissage est long et que je n’ai pas assez conscience de mon corps humain, que je me suis négligée en faisant les mauvais choix, je comprends le discernement, je dois apprendre à avoir du discernement, à gérer mes émotions, que ma vie nouvelle sera moins compliquée.

    E : Très bien, Dans cette nouvelle vie tu dois donc apprendre à gérer tes émotions et à avoir du discernement ! En quelle année terrestre vas-tu revenir ?

    S : 1960, c’est ma vie, ma vie de Sylvie, ce sont mes parents (vive émotion)

    Seconde partie de l’hypnose : nous allons revenir travailler sur la vie de Sylvie, donc dans le présent. Nous avons compris que Sylvie était préalablement une femme Tibétaine à priori simple, tombée accidentellement amoureuse d’un soldat Chinois qui pris au piège des conséquences de leur Amour illicite a préféré la tuer à coup de hache dans le coup.

    En tant que thérapeute, je dois aider Sylvie à prendre des distances avec sa vie et à ne pas sombrer dans un tumulte émotionnel qui la prive de toute réflexion.

    (Inductions hypnotiques pour la rencontre avec le guide spirituel personnel ou supraconscience)

    S : Oh je suis si heureuse de le revoir, c’est mon ami le plus cher, je me sens si apaisée en sa présence que je lui tiens la main et je ne la lâche pas.

    E : Sylvie, demande-lui comment il s’appelle ?

    S : Il ne s’appelle pas, il n’y a pas de nom, mais il me dit qu’il est un peu moi

    E : D’accord ! Décris-moi comment tu le perçois?

    S : Je le vois comme un arbre magnifique et lumineux, ses branches font de la musique, c’est si beau, il a plein de feuilles à la fois vertes et qui m’éclairent

    E : Très bien Sylvie, remercie le d’être venu aussi vite et demande lui si il veut bien répondre à nos questions

    S : Oui il veut bien, il me dit ne t’inquiète pas

    E : Bien, je vais donc lui poser des questions et il va y répondre. Sylvie semble avoir vécu une fin de vie traumatisante en tant que Djampa et ce traumatisme a laissé des traces, pourquoi l’avoir renvoyée sur Terre ainsi chargée de cette souffrance ?

    S (En tant que SC, supraconscience) : Elle doit vivre sainement en évitant les embuches grâce à son discernement. Grâce à cette nouvelle existence terrestre, Sylvie guérira de sa vie passée et oubliera réellement la douleur.

    E : Pensez-vous que cet objectif a pu être atteint ? Sylvie continue de souffrir bien plus que nécessaire et fait au contraire durer la douleur !

    S-SC : Sylvie n’a pas cherché jusqu’à maintenant à éviter cette souffrance, elle a donc retardé la démarche.

    E : N’avez-vous pas pu la prévenir ? C’est un peu facile de dire cela, alors que nous oublions tout à chaque naissance.

    S-SC : Nous lui avons hurlé aux oreilles qu’elle devait prendre soin d’elle, ce qu’elle refuse, se plaçant en second après toute sa famille, c’était déjà le cas à l’époque de Djampa et elle pensait assurer la survie des siens en pactisant avec un homme qui n’était pas dans l’amour. Avant de vouloir pour les autres, Sylvie doit s’assurer d’être en mesure de le faire sans risque pour elle-même, sinon elle butera sur le même processus.

    E : Mais dites-moi, je pensais qu’il ne fallait justement pas être égoïste ? Cela va exactement à l’encontre de tout ce qu’on nous apprend ?

    S-SC : Vous ne rendrez service à personne si vous n’êtes pas en état de le faire, à moins de se sacrifier et c’est un apprentissage conscient qui vient après et doit être vécu sans réelle angoisse, sans peur de donner sa vie et donc sans résidu d’une vie à l’autre.

    E : Très bien ! Que conseillez-vous à Sylvie à présent ?

    S-SC : QU’elle gère sa vie terrestre avec soin et non avec de faux sacrifices mal consentis

    (Une discussion à posteriori permettra de confirmer que Sylvie a en fait la mauvaise habitude de passer derrière tout le monde, mais finalement en se plaignant sans cesse à ses proches)

    E : Très bien ! Je vous remercie. Dites-moi tout de même si Sylvie peut compter sur votre aide pour une guérison rapide et efficace ?

    S-SC : Oui, à condition de respecter un schéma d’interaction plus adéquat avec son entourage. EN ce cas elle va guérir et finira sa vie globalement heureuse.

    E : Je vous remercie et vais continuer la conversation avec Sylvie. Sylvie tu vas saluer ton guide intérieur, avant de continuer le chemin.

    S : Oui, je le remercie, je le salue et il me caresse les mains avec ses branches

    (J’avais presque oublié qu’il se présentait sous la forme d’un arbre)

    E : As-tu compris son message ? Te sens-tu prête à mettre en œuvre ce nouveau schéma de vie ?

    S : Oui, je me sens apaisée

    E : Bien ! Nous allons à présent voyager de quelques années dans l’avenir et regarder comment la future Sylvie peut vivre en mettant en œuvre ce nouveau schéma ! Laisse le temps défiler et arrêtes toi  1 an plus tard

    (Il s’agit d’une procédure hypnotique permettant d’aller vérifier dans l’avenir les effets positifs des décisions ou schémas de compréhensions entérinés durant la séance)

    S : Je me vois au bureau, je me sers en premier à la machine à café et j’offre un croissant à une collègue, tout est normal, mais je ne passe plus derrière tout le monde

    E : Bien, à présent avançons de 5 ans dans le temps. Raconte-moi ce que tu perçois !

    S : C’est Jean, mon mari, il vient de m’offrir des fleurs pour mon anniversaire, Il y a un peu de désordre dans la maison, mais nous sommes souriants.

    E : Bien, à présent touche ton coup, que ressens-tu, de la douleur ou seulement ton coup ?

    S : Je n’ai pas mal à ce moment, je porte même un collier que mon mari m’a offert

    (A noter : Sylvie ne porte plus aucun collier car elle a trop de douleurs névralgiques)

    E : Bien, à présent nous allons revenir à l’instant présent.

    Procédure de fin d’hypnose

    Fin de séance : Après un solide débriefing post séance permettant aussi de mémoriser le contenu de cette dernière, Sylvie est repartie du bon pied, bien décidée à mettre en pratique ses découvertes. J’ai eu des nouvelles positives après quelques mois et une nouvelle séance permettant d’aider au traitement d’un embonpoint qui la gênait !

  • Paul, une phobie scolaire cachée dans une angoisse vieille de 500 ans

    Séance d’hypnose de Paul, 45 ans, dont la fille fait une phobie scolaire.

    Problématique : Paul est un papa célibataire qui a une fille âgée de 15 ans, en pleine santé, mais victime d’une redoutable phobie scolaire. De nombreuses thérapies ont été tentées sur sa fille, toutes sans succès. Lorsqu’il vient me voir, c’est donc avec sa fille et théoriquement pour elle. Pendant la discussion de préparation, je prends le risque de proposer à Paul de travailler plutôt sur lui qui aura ainsi la force de mobiliser les ressources de sa fille. Par ailleurs je ne vois pas ce que je ferais de plus directement sur elle, étant donné qu’elle a tout tenté ou presque ……

    Avancee spirituelle 01   

    Résultat : suite à cette unique séance, La phobie scolaire cède progressivement et aux dernières nouvelles Nina avait quasiment repris un rythme scolaire normal

    Durée de la séance : 1h30 en tout et 45 minutes d’échanges préalables pour mieux comprendre

    (La procédure d’hypnose n’est pas décrite ici, certains échanges sont simplifiés par gain de temps pour préserver l’essentiel sans transcrire des heures d’échanges à visée totalement intime ou personnelle)

     

    Paul entre rapidement en transe et sa voix se modifie sensiblement !

    E (la thérapeute, Elizabeth) : Ouvre la porte et observe le monde autour de toi, que vois-tu ?

    P (Paul) : De la neige, il y en a partout, c’est la montagne

    E : Qui es-tu ? Regarde toi, tes mains, tes pieds, tes cheveux

    P : Je suis une femme, d’âge moyen, mes cheveux sont longs et je suis habillée chaudement

    E : Vois-tu d’autres personnes que toi ?

    P : Je suis seule, totalement seule, c’est très angoissant, je crois que tout le monde est mort enseveli sous la neige

    (Le sujet est très angoissé et sa respiration se fait haletante)

    E : Que s’est-il passé ?

    P : Il y a eu une avalanche, j’ai perdu tout le monde, il fait froid, c’est très difficile, je n’étais pas à la maison, lorsque je suis rentré la maison était ensevelie, toute ma famille a disparu

    E : Avance dans le temps afin que nous comprenions comment tu as vécu le reste de ta vie

    P : Je vends du pain, je suis boulangère à la ville, c’est paisible

    E : Regarde tes vêtements, de quoi as-tu l’air, essayons de voir à quel époque tu as vécu cette vie, regarde également les gens autour de toi

    P : Oh, ce sont des vêtements du moyen-âge, des drôles de chapeaux, des vêtements longs pour les femmes, la ville parait sale et pauvre, là où je vis

    E : Comment t’appelles tu dans cette vie ?

    P : Je m’appelle Jeanne

    E : Avance encore dans le temps et dis-moi ce qui se passe

    P : Je suis seule, je fais de pain, les gens sont souriants, mes clientes sont de belles dames

    E : Laisse défiler le temps et regarde si tu as de la famille proche, des enfants, des amis

    P : Je ne vois personne, que le pain, mes clients, et la solitude, j’ai eu si peur que je ne veux pas me lier, je reste dans le souvenir du froid, de ma famille perdue

    E : A présent regarde la vie de Jeanne de très loin, qu’a appris Jeanne dans cette vie ?

    P : J’ai appris que je pouvais m’en sortir et travailler pour vivre, mais j’ai eu si peur

    E : quelles ont été les conséquences de cette peur, comment est-elle reliée à la vie de Paul ?

    P : La peur de perdre les miens, ils me sont tout

    E : Cette vie est-elle comparable au point que tu pourrais craindre pour la vie des tiens ?

    P : Non, je vis en sécurité, en ville, il fait bon

    (A noter que le sujet préfère, pour des raisons de sécurité, vivre en ville et qu’il apprécie la chaleur tempérée de nos latitudes, il a donc été marqué par son expérience préalable de vie à la montagne et des suites d’une probable avalanche qui lui a pris toute sa famille)

    E : regarde vu d’en haut la vie de Jeanne et celle de Paul, quel est le lien ?

    P : Ma fille, il s’agit de Nina, j’ai si peur de la perdre que je n’ose pas la laisser partir à l’école, je la retiens pour que nous restions ensemble, toujours.

    E : qu’est-ce qui différencie les 2 situations

    P : Elles n’ont rien de commun, absolument rien

    E : Très bien ! Souhaites-tu continuer à vivre avec cette forme d’angoisse ? Que t’apporte-t-elle ?

    P : Prudence, je dois rester prudent, l’angoisse est destructrice pour ma famille

    Seconde partie de l’hypnose : La cause de la difficulté systémique de Paul et Nina a été déterminée et désormais nous allons valider la guérison de cette angoisse qui est restée là à titre archaïque (comme un vieil outil désormais inutile). Paul conservera la prudence, qui est nécessaire, le but étant de ranger ce vieil outil qu’est l’anxiété extrême transmise à son enfant.

    E : Paul, si cette angoisse était quelque chose, animal, végétal ou autre, dans ton monde intérieur, comment la verrais tu ?

    P : C’est un lion, un énorme lion qui rugit dès que je tente de bouger, sa cage est en face de moi

    E : il est donc dans une cage ?

    P : Oui, mais la cage est sur le chemin, je ne peux pas avancer

    E : Très bien, que ferais tu dans la vie de tous les jours avec un obstacle sur ta route, un obstacle qui te ferait peur ?

    P : J’appellerais à l’aide (ce que Paul n’a pas fait car il était resté sur un schéma de vie où il était totalement seul à l’issue d’une avalanche)

    E : Et que se passerait-il ?

    P : Des spécialistes viendraient ôter ce truc de mon chemin

    E : Je te propose d’appeler à l’aide ta conscience supérieure qui est capable de virer définitivement ce lion, es-tu OK ?

    P : Je suis OK

    (travail d’inductions hypnotiques non décrites)

    E : Ta conscience supérieure, ou guide spirituel personnel, ou encore ange gardien, ou quelle que soit la façon dont tu la nommes va se présenter à toi dans quelques instants, elle peut ressembler à une forme lumineuse ou à tout autre chose de ton choix, mais tu vas la reconnaître et sa venue va te causer une grande joie.

    P : Je perçois une très belle lumière blanche, très apaisante

    E : Tu la remercies d’être venue, demande lui comment elle souhaite que nous l’appelions ?

    P : Yalta, j’entends le mot Yalta

    E : Bien ! Yalta, veux-tu aider à ôter ce lion ?

    P : Oui

    E : Comment vas-tu faire ?

    P : Il n’a rien à faire ici, je vais l’emmener au pays des souvenirs

    E : Fais-le et dis-moi quand tu as fini

    P : Yalta s’en va et emmène le lion avec une laisse, ça y est : le chemin est libre

    E : Très bien ! Avance sur le chemin, disons de quelques moi et dis-moi ce que tu perçois

    P : Oh, je vois Nina avec des amies, elle fume, ce n’est pas bien, mais elle est à l’école, moi je suis au bureau et je sifflote en travaillant, je vais bien, je me sens libéré

    E : Très bien ! Avance à présent de quelques années et dis-moi ce que tu perçois

    P : Oh je suis Papy, je tiens mon petit-fils dans mes bras, Nina est à coté, il y a un autre homme aussi. Nina a bonne mine. C’est si beau, sauf mon chien, le chien n’est plus là

    E : Veux-tu savoir où est le chien ?

    P : Non, je pense que c’est dans longtemps, il est parti

    E : cette situation te convient-elle ?

    P : Oui, je sens que toute la famille est libérée de ce lion. Tout est bien ainsi

    Fin de séance : Nous avons stoppé le travail d’hypnose à ce moment. Par la suite Nina a donc repris rapidement une scolarité normale sous l’impulsion de son père dont le trouble anxieux était bien à l’origine de la phobie scolaire de sa fille. Comme c’est souvent le cas, l’origine ne se trouvait pas dans cette vie-là, mais bien plus loin dans le passé.

  • Myriam, réincarnation et épuration

    Dans cette séance, le sujet, Myriam, fait l'expérience de sa propre relation au DIvin et de sa capacité à étendre la lumière en elle et autour d'elle. Nous en profitons pour faire un voyage entre 2 vies et recueillir de l'information

    Séance d’hypnose de Myriam, 18 ans, victime de terreurs nocturnes.

    Paradis myriam 01

    Problématique : Myriam fait, presque chaque nuit, des cauchemars terrifiants de sombres ombres qui envahissent sa chambre et la menace. Elle hurle et, malgré ses 18 ans, doit se réfugier dans la chambre de sa mère à coté.

    Résultat : suite à cette unique séance, les « démons » ont disparu, les cauchemars ont cessé et la sérénité nocturne s’est réinstallée

    Durée de la séance : 1h45 en tout

    (la procédure d’hypnose n’est pas décrite ici)

     

    Myriam est agitée, et commence à pleurer, la peur la gagne en replongeant dans ce souvenir désagréable. Ensemble nous mettons en place une procédure de « sécurisation » et je l’accompagne dans son voyage pour plus de paix.

    E (la thérapeute, Elizabeth) : Que vois-tu

    M (Myriam) : du noir, tout est noir, c’est effrayant, des ombres mouvantes, il y en a beaucoup

    E : que font-elles ?

    M : rien, elles sont juste là

    E : Bien, tu vas leur demander qui elles sont et ce qu’elles veulent

    M : elles refusent de répondre, mais elles sont tout autour de moi

    E : N’oublie pas que tu as un bouclier de lumière et qu’elles ne peuvent pas t’approcher, regarde leur forme, de quelle matière elles sont constituées

    M : Ce sont des ombres, sans matière, juste une sorte de voile noir

    E : Touche les avec ta main de lumière et demande leur de quel droit elles occupent ta sphère énergétique

    M : Quand j’approche ma main, elles s’enfuient

    E : Bien, tu voies que tu es bien plus forte qu’elles ! A présent ressens ta propre lumière autour et à l’intérieur de toi, et, sur une échelle de 0 à 100, dis-moi à quelle fréquence vibre ta lumière

    M : 60

    E : Bien, à présent tu vas augmenter ta fréquence, elle n’est pas limitée, et ressentir ce que cela t’apporte (les inductions hypnotiques ne sont pas rapportées ici par écrit)

    M : Mmmmmm 80, 85

    E : que ressens-tu ?

    M : Je me sens bien, plus légère, j’ai l’impression de flotter

    E : A présent que sont devenues les entités noires et brumeuses

    M : Elles s’éloignent, sont plus petites

    E : Souhaites tu t’en débarrasser ?

    M : Oui, elles partent, ça devient lumineux ici

    (Ici le sujet fait le « travail » tout seul et sa seule lumière chasse l’ombre ou la transforme)

    E : Veux-tu encore augmenter ta propre lumière ? Tu es libre de le faire

    M : Oui, à présent je suis à 90, mon Dieu, je me sens si bien, ici tout est lumineux

    E : Bien ! A présent tu es en mesure de créer un jardin qui te ressemble, un jardin de lumière qui est et restera ta véritable demeure à chaque fois que tu vas dormir ou te reposer.

    (Inductions hypnotiques ……)

    Myriam raconte en mots simples, sensations, couleurs, odeurs et formes un paysage superbe et serein. Pour d’autres ce pourrait être une maison, une église, etc…… Peu importe la forme proposée, c’est la fréquence vibratoire qui importe. Mais plus cette fréquence est élevée et plus les mots qui s’y rapportent seront simples : lumière, paix, sérénité, joie, Divin etc….

    E : Myriam, comment te sens tu à présent par rapport aux formes sombres qui rodaient autour de toi la nuit ?

    M : Seraine, elles ne peuvent plus rien contre moi, je me sens protégée

    E : qui te protège ?

    M : Moi-même, je me suis juste souvenue de qui j’étais

    E : qui es-tu

    M : Je suis aussi lumière, pas seulement un corps physique

     

    Seconde partie de la séance : Myriam fait un saut entre deux vies pour comprendre d’où elle vient et ce qu’elle est venue faire/apprendre dans cette vie

    (inductions hypnotiques)

    E : que vois-tu, ressens-tu, entends-tu ? A présent

    M : Je suis seule, il n’y a rien

    E : Bien ! Tu vas, à présent, faire appel à une partie de toi-même qui vit et reste dans la lumière afin qu’elle te montre le chemin

    (inductions)

    M : C’est un être blanc, il n’a pas de forme

    E : Demande lui qui il est

    M : il répond qu’il est l’esprit, mais c’est plus une image, il n’y a pas de mot, Oui, il projète des images

    E : que vois-tu (depuis le début de la séance, je m’aperçois que tout est très visuel et kinesthésique chez Myriam, je n’aurais donc pas d’échange verbal avec « l’Esprit »)

    M : Je vois Moi et pas moi, Oooh, je suis la mère de mon grand-père

    E : D’accord, saisis les informations, combien d’enfant as-tu eu dans cette vie et qu’as-tu fait ?

    M : C’était difficile, je vois des images de guerre, de pauvreté, j’ai eu 2 enfants, mais il n’en reste qu’un (par la suite Myriam va questionner son grand-père et s’apercevoir qu’il n’était effectivement pas fils unique, mais qu’il avait eu 1 frère mort très jeune après-guerre)

    E : quel était le but de cette vie ?

    M : L’amour, la gestion de mes émotions humaines en période de crise, cette vie a été difficile

    E : Analyse la situation mais vue en compagnie de l’Esprit, cette vie est terminée

    M : Oh non, ce n’est pas fini, je dois gérer mes émotions, mais la force de l’amour est si grande que je vais pouvoir soigner les gens par l’esprit, par la parole

    E : Tu veux dire que c’est ta vie future qui va être consacrée à cela ?

    M : Oui, je vais soigner les gens par la parole ( Myriam se demandait si elle voulait être psychologue ou professeur d’histoire)

    E : Reste en compagnie de l’Esprit, demande lui tout ce que tu dois réaliser/apprendre

    M : Oh mon Dieu, je dois aider ma mère, je suis venue pour réparer, aider ma mère, aider à aider, prendre en charge

    E : prendre en charge quoi ou qui ?

    M : Aider les gens, j’ai une image de temps difficiles, les gens ont faim, ils sont malheureux, nous devons les soutenir, les aider, avec notre force et notre préparation

    E : Quelle période difficile, Où et quand ?

    M : Là, le monde, cette année, maintenant, mais L’esprit me dit 20 ans, 20 années avant un monde meilleur

    E : tu veux dire que le monde prépare une crise ?

    M : là, 2017, la crise est là

    E : Comment se manifeste-t-elle ?

    M : Les gens ici sont inquiets, malheureux, je vois le feu …..

    (Myriam est à présent en transe profonde, mais son corps montre des signes d’angoisse, je vais donc la ramener à la paix de l’esprit et à sa mission avant de clore la séance qui est déjà en route depuis 90 minutes)

    E : A présent demande à l’esprit de te montrer du doigt les cadeaux de la vie, la force et la lumière, afin de les ramener avec toi

    M : Maman a besoin de moi, je sens qu’à nous deux et avec notre famille et amies nous sommes fortes, je vois un groupe de femmes et d’hommes, ce groupe s’agrandit, nous avons de la joie à être ensemble, nous partageons ce que nous avons.

    Fin de la séance : Myriam revient à elle et « redescend sur terre », elle est rassurée et nous faisons le point sur cette fameuse gestion de ses émotions qui semble une priorité. Elle n’aura plus, depuis l’ors, aucun cauchemar !

    .

×